A-Dieu, Frère Henri

Le Père Dominicain Henri Burin des Roziers est mort avant-hier. Depuis 1978 comme prêtre mais aussi comme avocat, il s’est battu au service des « sans-terres » au Brésil, notamment aux confins de la forêt amazonienne.


En 2002, le journal La Vie, avant et après tant d’autres, lui consacrait un portrait :

Sa tête a été mise à prix mais cela ne semble nullement l’émouvoir. À 71 ans, Henri Burin des Roziers ne redoute qu’une chose : l’injustice. Installé depuis dix ans dans le sud du Para, au nord-est du Brésil, cet avocat, religieux dominicain, est devenu la voix des plus démunis : les petits paysans sans terre chassés par les grands propriétaires fonciers. De sa trajectoire qui l’a conduit à braver les pistoleiros et autres ripoux aux confins de l’Amazonie, Frère Henri, comme on l’appelle ici, ne parle qu’à contrecœur : « Ce qui se passe ici est plus important que mon histoire. »

Avec une poignée de religieux et quelques syndicalistes, soutenu par plusieurs associations de défense des droits de l’homme, Frère Henri est aujourd’hui un empêcheur d’assassiner en rond. Son acharnement à ne pas laisser l’impunité triompher dérange, y compris dans l’Église. « Ici, la hiérarchie catholique a du mal à dénoncer la violence », s’attriste-t-il. Dans cette région où beaucoup d’évêques, d’origine italienne, ont été envoyés par Rome pour tourner la page de la « théologie de la libération », Frère Henri, fidèle à son engagement, n’a jamais voulu abandonner son « combat pour l’homme ». Travailleur acharné, il jongle sept jours sur sept entre les procès pour esclavage ou pour assassinat. Chaque année, il fait libérer des paysans emprisonnés et torturés pour avoir occupé des terres en jachère.

Prions pour que l’Eglise continue à faire jaillir de ses rangs des femmes et hommes prêts à donner leur vie contre l’injustice et pour le respect des plus pauvres ! Leur vie nous interpelle et nous engage.

On peut retrouver l’interview qu’il avait donnée au Jour du Seigneur à la faveur de la sortie de son livre (l’année dernière !) « Comme une rage de justice » :

Source : http://www.le-samaritain.fr

A lire aussi dans La Croix : Le père Henri Burin des Roziers, avocat des "sans-terre" au Brésil, est décédé