A propos du livre : « LE SILENCE DE LA VIERGE »

« Je m’appelle Marie-Laure Janssens. J’ai passé onze ans dans la communauté des sœurs contemplatives de Saint-Jean, dont le couvent principal est à Saint-Jodard, près de Lyon. En 2010, j’ai quitté la vie religieuse, un an après l’intervention du Vatican qui a tenté de mettre fin aux dérives de ma congrégation. »


Marie-Laure Janssens commence son témoignage par ces premiers mots, sobrement, comme à l’image de tout le livre. Pas à pas, au fil des lettres écrites à sa famille, de mails à ses supérieurs, elle raconte onze années de sa vie avec les Sœurs contemplatives de Saint Jean. Son livre n’apporte pas de nouvelles révélations sur cette communauté. Cela a pu motiver son écriture : malgré les interventions de l’Église et du Vatican, pour Marie Laure Janssens rien n’a changé. Silence, non-dits, aveuglement perdurent, dit-elle. Sans doute, l’abus spirituel dont elle a été victime n’est pas reconnu directement par le droit pénal ni par celui de l’Église.
« Pourquoi, au milieu de ces mensonges entretenus depuis des années, et de ces silences tout aussi coupables, ne pas tenter de partager ce que je croyais être la vérité ? » Avec courage, elle reprend tout le processus qui l’a menée, bien au-delà du mal-être, à l’emprise aliénante de ses supérieures, tant psychologique qu’affective.
« Ce livre est important car il tend à briser la loi du silence », remarque le Président de la Miviludes. Pourtant, depuis l’an 2000, la loi du silence a été, et heureusement, déjà brisée. Des associations, comme l’AVREF (Aide aux Victimes des dérives de mouvements Religieux en Europe et à leurs Familles), ont porté la parole des victimes ou de leurs parents, saisissant des instances ecclésiales qui ont mis en place des structures d’accueil et d’écoute. L’Église a par ailleurs pris des mesures, souvent très lourdes : accompagnement d’Instituts religieux, mais aussi dissolution d’une communauté, désignation de nouveaux responsables, renvoi de la vie religieuse. Nombre d’instituts religieux ont ici profondément interrogé leur façon de faire, engageant alors les réformes indispensables.
Nous avons néanmoins bien conscience que toutes les conséquences n’ont peut-être pas encore été tirées et que malgré les actes posés, des conduites inacceptables au regard de la dignité des personnes et de leur respect indéfectible, peuvent perdurer en tel ou tel lieu. La conférence des Religieux et Religieuses de France affirme à nouveau son plein engagement en faveur du droit et de la justice.

Le silence de la Vierge,
Marie-Laure Janssens avec Mikael Corre
Ed. Bayard, octobre 2017
260 p.
18,90 €

Note envoyée par Sœur Paul Marie, Prieure Générale des Sœurs Contemplatives de Saint Jean sur la situation actuelle de sa communauté.
La communauté des sœurs contemplatives de St Jean est aujourd’hui composée de sœurs qui ont accepté les réformes demandées par l’Église (les autres ayant quitté l’institut). Depuis plusieurs années la communauté a ainsi entrepris de profonds changements en se faisant aider par des personnes extérieures.