A quoi servent-ils ?


Cet édito sera un peu « courrier des lecteurs » ! Car son titre est une question posée par un téléspectateur après la messe télévisée en Eurovision du jour de la Pentecôte. C’était aussi un rassemblement de frères dominicains qui fêtaient les 800 ans de la naissance de leur ordre à Toulouse. Nous étions environ 90 frères dont 70 prêtres. « Franchement, à quoi servent-ils, cette trentaine de curés enchasublés de rouge et encadrant leur évêque. Quel est leur ministère ? » Voilà une question posée avec vigueur. Elle traduit une difficulté à comprendre ce qu’est la vie religieuse. Du coup, entre la messe télévisée du 24 mai avec les dominicains réunis à Toulouse, et celle du 31 mai avec les sœurs Trappistines de l’Abbaye de la Coudre près de Laval, je me dis qu’il y a toujours et encore à écrire sur une des manières de vivre son baptême : la vie consacrée.
Il est fort probable que le fait de voir rassemblés beaucoup de dominicains, prêtres religieux, dimanche dernier, soulève plus d’exaspération que le fait de voir beaucoup de moniales, des religieuses vivant en communauté, dimanche prochain. Car la question soulevée par le téléspectateur qui m’a écrit exprime l’incompréhension que la plupart des religieux prêtres ne soient pas utilisés dans les paroisses : « Ne seraient-ils pas mieux employés dans une des églises sans curé de nos villages, à se mettre au contact des gens ? »
Le catéchisme de l’Eglise catholique dit ceci : « L’état de vie consacrée apparaît comme l’une des manières de connaître une consécration ‘’plus intime’’ qui s’enracine dans le baptême et dédie totalement à Dieu » (n°916). On comprend ainsi que la vie religieuse est une manière de vivre son baptême. Une manière d’être chrétien. Par notre baptême, nous sommes appelés à la foi au Christ, à être membres de l’Eglise et enfants de Dieu. Mais l’appel se précise ensuite pour tous les chrétiens et la question d’une vie de chrétien est bien celle-ci : comment vais-je accomplir mon baptême ? Par quelle vocation ?
L’état de vie consacrée dédie totalement à Dieu, dit le catéchisme. On peut dire que le religieux se donne à Dieu. C’est cela qu’il cherche. C’est vers cela qu’il tend. Et il s’appuie en premier lieu sur les vœux religieux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance. Ses biens, il apprend à les partager avec sa communauté. Il choisit de rester célibataire pour découvrir toujours mieux chaque jour que Dieu seul suffit. Et il s’en remet à Dieu par l’intermédiaire de ses supérieurs pour le service qu’il accomplira. On peut dire que les religieux ne servent à rien au sens où ils ne sont pas faits pour servir à quelque chose. Dieu est le premier servi. Mais qui sert Dieu découvre alors comment il va servir les hommes et femmes que Dieu veut sauver.
Et qu’est-ce que Dieu demande aux religieux ? De porter le souci du bien du monde et de témoigner auprès des chrétiens que nous sommes appelés à devenir des saints. Concrètement ? Il demande à certains de donner le plus de temps possible à le louer et à prier pour le monde. C’est le cas des trappistines de la Coudre avec qui nous célébrerons la messe du dimanche de la Trinité. A d’autres, il demande de partir évangéliser à l’autre bout du monde, ou au contraire tout près de chez eux. A d’autres encore, il demande d’étudier pour aller ensuite prêcher : enseigner, travailler, réconforter. A d’autres, il demande d’assurer l’éducation des jeunes. A d’autres d’accompagner les personnes malades. Etc. On comprend, dans tous ces appels, que la vie de l’Eglise ne se passe pas que dans le quotidien de la paroisse ni seulement au moment de la messe, le dimanche !
Le courrier que j’ai reçu donnait l’impression que les religieux réunis à Toulouse pour célébrer l’œuvre de l’Esprit Saint dans leur ordre vieux de 800 ans passaient leur temps à côté de ce que Dieu demande à chacun. Et passaient leur temps loin des besoins du monde. Mais quelle idée ! Ce n’est pas parce que l’on fête l’anniversaire de la grand-mère que le reste du temps on ne s’occupe pas de ses enfants ou de son travail.
Pour ma part, je faisais partie de ces religieux rassemblés à Toulouse… cela ne m’empêche pas de passer beaucoup de temps à préparer avec mon équipe des émissions religieuses pour des téléspectateurs souvent en grande solitude ; ni de donner du temps pour des jeunes qui veulent avancer dans leur foi et dans leur vie ; ni même de donner quelques enseignements à des séminaristes. Ni non plus de prier avec ma communauté religieuse, et en particulier de prier pour vous.

Source :http://www.lejourduseigneur.com/Web-TV/Blog/Point-de-vue/A-quoi-servent-ils