Année de la vie consacrée à Marseille


A Marseille, l’’année de la vie consacrée débutera le 29 novembre 2014 à 16h en la basilique du Sacré-Coeur .Elle prendra fin le 2 février 2016 à l’occasion de la Journée mondiale de la vie consacrée.
La vie consacrée dans l’Eglise

Le terme de « vie consacrée » désigne aujourd’hui toute personne ou tout groupe de personnes qui s’engagent au célibat à cause du Christ et de l’Evangile. Les formes en sont multiples : vie religieuse apostolique, monastique et missionnaire, instituts séculiers, sociétés de vie apostolique, vierges, ermites et veuves.
S’y ajoutent de nouvelles formes de vie consacrée, nées de nouveaux élans spirituels et apostoliques : les associations de fidèles et communautés nouvelles et les laïcs associés aux instituts religieux ou aux monastères.

Une année pour « réveiller le monde »
L’Année de la vie consacrée débutera officiellement le 30 novembre, premier dimanche de l’Avent. Elle prendra fin le 2 février 2016 à l’occasion de la Journée mondiale de la vie consacrée. A Marseille, la célébration d’ouverture aura lieu le samedi 29 novembre à la basilique du Sacré-Cœur.

Quatorze mois de manifestations, de célébrations et de rencontres dans le monde entier, dont une semaine œcuménique, pour mettre en lumière les dimensions variées de la vie religieuse et de la vie consacrée. « Faire mémoire avec gratitude » du passé récent, depuis le Concile, « embrasser l’avenir avec espérance » et « vivre le présent avec passion » dans le sillage des fondateurs, de façon à « réveiller le monde » : tels sont les objectifs annoncés par le pape François.
« La vie consacrée est une prophétie », a-t-il souligné en présentant cet événement, ajoutant que « les personnes consacrées ne sont pas du matériel de secours, mais des charismes qui enrichissent les diocèses. Elles sont plus de deux fois plus nombreuses dans l’Eglise catholique que les prêtres. Or il y a eu une Année sacerdotale, mais pas encore d’Année de la vie consacrée ». Voilà l’oubli réparé !

Répondre à un appel
A Marseille, l’équipe de préparation réunit les délégués provinciaux de la Corref, la Conférence des religieux et religieuses de France, et les membres du Conseil diocésain de la vie consacrée. Pour Marie-Bernadette Vardin, sœur de Marie Immaculée, « si la vie consacrée peut revêtir diverses formes (voir encadré), les caractéristiques sont les mêmes. Par le baptême, nous sommes tous consacrés. Mais certains reçoivent un appel à suivre le Christ d’une manière plus radicale, selon un charisme spécifique, en faisant des vœux et en menant une vie communautaire stable ». Les charismes sont divers, les œuvres multiples. « Souvent, des ordres, des instituts, des congrégations ont un même charisme, mais ont vu le jour dans des contextes différents, ce qui leur donne une couleur particulière », note André Espagnach, Monsieur de l’Œuvre, prenant l’exemple de deux œuvres de jeunesse marseillaises, l’Œuvre Allemand et Timon-David, nées à 50 ans de distance.
« La réponse à l’appel particulier "Viens et suis-moi" est prophétique, relève le P. Xavier Autonès, délégué diocésain pour la vie consacrée, car les vœux prononcés par les consacrés, leur vie "pas comme tout le monde", font signe pour tout chrétien : chacun est appelé à vivre la pauvreté, le partage, la chasteté et l’obéissance à Dieu. La vie communautaire dit aussi quelque chose : c’est une vie de famille. Le consacré rappelle donc à chacun sa vocation baptismale, le renvoie à sa façon de suivre le Christ. »

Vivre en communauté
« La communauté est le signe prophétique que la Fraternité est possible en ce monde : on peut vivre ensemble, de toutes générations, de tous milieux sociaux, de toutes cultures, estime Sœur Marie-Bernadette, même si ce n’est pas toujours évident "d’endurer" la différence. Quelquefois, on se frotte très fort, mais on arrive à se réconcilier avant le soir… ou dans la semaine. » Et Marie-Bernadette de citer Jean Vanier : « La communauté est le lieu du pardon et de la fête. »
Cette diversité se manifeste de plus en plus dans les communautés religieuses : « Beaucoup accueillent des membres de différentes nationalités, ce qui est source de richesse et parfois de difficultés, renchérit le P. Autonès, mais est aussi un signe pour notre époque, car l’interculturel est la marque de notre société, et pas seulement de la vie consacrée. Mais dans une communauté, on fait plus que se côtoyer. On vit sous le même toit, on prie ensemble, on mange ensemble … et là aussi, on sent les différences culturelles ! »

Envoyés en mission
Les consacrés sont envoyés dans le monde avec une mission, « avec l’accord de la communauté : c’est elle qui porte la mission. La mission n’appartient pas à la personne envoyée. Demain, on peut être remplacé ». Quitter un pays, une communauté, des amis, n’est pas toujours facile à vivre : « Ça décape un peu, mais le fait de ne pas s’attacher, de ne pas s’enfermer dans un lieu, rend libre, aussi, analyse le P. Autonès. Cela nous rappelle que c’est le Christ qui envoie, même si, humainement, c’est rude ! »
Signe prophétique, encore : « Les fondateurs ont souvent répondu à un appel qui correspondait à une mission que la société ne remplissait pas, en matière de santé ou d’éducation, par exemple, ajoute André Espagnach. Aujourd’hui, on dirait qu’il faut aller voir "aux périphéries" quels sont les besoins, auprès des réfugiés, des enfants, des parents, des familles, des personnes handicapées qui ne sont pas prises en charge, de personnes en fin de vie… »

Eveiller des vocations
« Le chantier est vaste, reconnaît Sœur Marie-Bernadette. Mais la crise de l’engagement qui marque la société nous touche aussi. Nous voyons des jeunes enthousiastes pour venir aider quelques mois, voire un an. Mais envisager de donner sa vie jusqu’au bout, c’est autre chose ! » Si cette année a pour objectif de « réveiller le monde », chacun s’accorde à penser que « la marque de la vie consacrée doit être la joie : elle peut donner aux jeunes le goût de suivre le Christ et être signe d’espérance pour le monde ».

Dominique Paquier-Galliard
Article publié dans Eglise à Marseille du mois de novembre

http://marseille.catholique.fr/Ouverture-de-l-Annee-de-la-Vie-Consacree