Appeler à la vocation, quel rôle pour les catéchistes ?


Le 17 janvier 2013, les catéchistes du diocèse d’Angers avaient rendez-vous au Centre Saint-Jean (Angers), pour une journée de formation sur le thème : « l’appel des jeunes à la vocation ». Le P. Luc Bénéteau est intervenu pour les aider dans cette démarche de réflexion sur leur mission auprès des jeunes.

Cette journée avait pour but de scruter au plus près la mission de catéchistes auprès des jeunes et la question de la vocation. Ce n’est pas forcément que la mission des prêtres. Cette formation les a aidés à réfléchir sur la manière d’interpeller les jeunes sur la question de la vocation.

L’enfant est, depuis son plus jeune âge, questionné sur la question de la profession, mais qu’en est-t-il de sa vocation ?

Les catéchistes doivent prendre et faire prendre conscience, de cette réalité du parcours de l’enfant : suis-je appelé au mariage ? à la vie religieuse ? à être missionnaire ? à devenir prêtre ?

C’est là que les catéchistes interviennent : le Christ n’a cessé d’appeler autour de Lui et eux viennent en intermédiaire : “Tu n’as jamais songé à être prêtre ? À te marier ?” Il faut se lancer et profiter des opportunités d’invitation à la réflexion.

Pour susciter chez les jeunes, l’envie de se poser des questions, il existe deux moyens : de façon générale lors d’un rassemblement, d’une célébration etc ou bien plus personnellement, en allant à la rencontre du jeune.

“L’important c’est de montrer la vocation sous un jour positif”, rappelle le père Luc Bénéteau,“ Si après la messe on casse du sucre sur le dos du prêtre ou bien que l’on montre le mariage comme impossible, il ne faut pas s’étonner de la perte des vocations chez les jeunes. Toutes les vocations sont belles, il faut juste combattre les clichés. Ne pas s’arrêter sur une vision stricte mais voir, au contraire, les 200 prêtres réunis à jouer du djembé.« »Il ne faut pas avoir peur d’aller à la rencontre du jeune pour susciter la réflexion. C’est la mission du catéchiste : ouvrir des pistes de réflexion et non pas accompagner le jeune pendant tout son cheminement. Le prêtre peut prendre le relais par exemple. Il faut trouver le bon moment pour parler et s’attendre à la surprise de l’interpellé."

“Je mets toujours une distance quand je pose la question de la vocation. Je rassure le jeune, je n’attends pas de réponse.” partage le père Bénéteau. “On est responsable de l’appel, pas de la réponse.”

Source : http://catholique-angers.cef.fr/La-journee-diocesaine-des-catechistes-sur-le-theme-des