"Celle qui avance comme l’aurore", Documentaire du Jour du Seigneur, Dimanche 22 mars


Amalia Escriva retrace l’histoire d’une vocation singulière.
Revenant d’une vie marginale, errante, douloureuse, Soeur Angélina entre au monastère La-Joie-Notre-Dame, à Campénéac, à l’âge de 35 ans.
Dix ans après son arrivée, cette jeune femme est devenue moniale, sous-prieure, et vit une liberté intérieure réelle au sein de sa clôture.
Artiste, philosophe à ses heures, amoureuse de la nature, elle analyse avec acuité le basculement de son ancienne vie, de grande précarité matérielle et psychologique, vers une forme de délivrance particulière, de paix trouvée.
Soeur Angélina relate avec simplicité son parcours, et revient sur les raisons profondes qui l’ont amenée à opter pour ce choix radical. Photographe, elle puise son inspiration dans les détails, les objets qui peuplent notre vie quotidienne, dessinant un mouvement de l’infiniment petit à l’infiniment grand, vers l’absolu.
C’est ce dépassement de la béance originelle, cette ouverture vers la résilience, la libération dont il est ici question. Ce chemin de foi passe ainsi par le retour sur soi, la prise en compte des failles, l’acceptation des plaies et limites, pour mieux dégager le ciel et laisser poindre l’aurore.