jeudi 18 septembre 2014
Anne-Claire Dangeard

Des religieux au Pavillon des Vocations de Lourdes

Réseau Jeunes Corref

De qui s’agit-il ?

Nous étions 10.

10 venus d’horizons religieux différents, 10 religieux avec des histoires différentes, des charismes différents. Mais 10 religieux désirant vivre un temps en inter congrégation, pour se rencontrer et apprendre à se connaître...

Le pavillon des vocations nous a été confié pendant 15 jours.

Pour ma part, j’ai pu y rester une semaine. Durant ces premiers jours d’août, j’ai fait communauté avec un frère des campagne, un fils de la charité, un jésuite, et puis une dominicaine, une petite soeur de l’Assomption, une soeur du bon secours de Notre Dame de Troie, une soeur bleue de Castres, une soeur de Picpus... voilà une équipe bien variée n’est-ce pas ?

 

De quoi s’agit-il ?

L’objectif de notre petit groupe était de faire communauté pour un temps et d’apprendre à se connaître. Bien sûr, nous avions aussi pour charge l’animation du pavillon où nous avons accueilli quelques groupes de jeunes (surtout des lycéens) : occasion d’échanges avec eux sur la vocation de chrétien.

Quelques groupes qui allaient aux JMJ à Madrid dans les jours suivants ont profité de leur passage à Lourdes pour venir au pavillon.

 

> Le pavillon des vocations

Nous avions un support technique (activote) pour leur poser des questions à propos de la vocation (au sens large et peu à peu en ciblant d’avantage l’une ou l’autre vocation) et susciter l’échange. Comme les jeunes pouvaient répondre de manière anonyme, ils étaient très libres dans leur réponse !

Les animateurs des groupes étaient alors les premiers surpris quand ils apprenaient qu’un jeune sur trois, dans leur groupe, se pose la question de la vie religieuse !

 

> L’inter congrégation

Mais nous avions aussi un autre objectif : vivre une expérience de communauté en inter congrégation.

Pour cela, chaque soir, après notre journée au pavillon, nous priions en nous appuyant sur le charisme de nos fondateurs respectifs. C’était un moment très heureux et profond. J’ai apprécié ces temps de prière commune animée par l’un ou l’autre dans l’esprit de son institut. C’était une manière heureuse de faire communauté et de se connaître un peu plus, dans la prière. Finalement, c’est bien là qu’on peut se retrouver ensemble : devant le Christ.

 

> Le logement

Nous étions logés, tous ensemble, dans un appartement de la communauté des soeurs bleues de Castres. Certes, c’était un peu loin du pavillon mais qu’importe ! Nous avions un vrai lieu pour nous. Quitter totalement le sanctuaire et ses abords pour rentrer à la maison à pied participait à la création de cette petite nouvelle communauté que nous formions. Le temps de marche (matin et soir) était très bénéfique pour nos échanges informels. Même sous un magnifique orage !

 

Des fruits dans mon panier

J’ai cueilli plein de fruits à mettre dans mon panier !

Fruit d’une rencontre riche en pluralité, en différence car nos différents instituts disent quelque chose de notre Eglise, et donc du monde. Faire communauté ensemble devient alors « prophétique ».

Fruit d’une plus grande perception de mes propres limites et de ma capacité à accueillir l’autre dans sa différence.

Fruit de la reconnaissance que c’est bien au Cénacle que je suis appelée, non pas parce que cette congrégation pourrait me sembler être meilleure que les autres mais parce que le charisme du Cénacle répond à ce que à quoi je me sens appelée.

A partir de là, fruit aussi d’une reconnaissance mutuelle et nécessaire de la diversité de nos instituts : nous avons chacun, chacune besoin les uns des autres, il ne faut pas l’oublier !

 

Sr Nathalie Albert, rc
Religieuse de Notre Dame du Cénacle

Dans la même rubrique

© CORREF. Réalisation spyrit.net