Frère hôtelier à l’abbaye d’Acey

Le Frère Bernard, originaire de Spicheren, a pour mission d’accueillir les personnes qui viennent passer quelques jours à l’abbaye cistercienne d’Acey, dans le Jura. En cette année de la vie consacrée, il partage quelques réflexions sur la vie monastique.


Faire silence pour n’avoir rien de plus cher que le Christ
La Règle de saint Benoît demande une seule chose au moine : c’est de n’avoir rien de plus cher que le Christ. Cela revient à suivre le rigoureux chemin des attentions de son cœur. Immobile aux pieds du Seigneur, jour après jour, nuit après nuit, le moine fait silence, il écoute le mouvement du silence. L’oreille intérieure grande ouverte, il accueille la Parole du Seigneur comme une terre assoiffée la pluie. Il n’a pour s’éclairer que cette Parole. Le chemin s’ouvre à mesure devant. Le moine devient peu à peu ce qu’il écoute.

Vivre la sollicitude de Dieu pour tout homme
Le moine sait que la dimension de son cœur est celle d’un écrin immense capable de contenir Dieu et tous les hommes. En ce lieu, grâce à la foi, il rejoint les autres par le dedans d’eux-mêmes. Par l’intermédiaire de Jésus, il peut toucher à l’intime de chaque être et faire passer en lui ce qu’il désire. Toutes les créatures, en lui, se donnent rendez-vous. Il les regarde avec les yeux du Fils. Il les aime avec le cœur du Père, il les console avec les mains de l’Amour. Le silence de son âme est comme un immense lieu d’asile. Des frères à bout de force y entrent à tâtons, s’y endorment et repartent consolés, sans même garder aucun souvenir du lieu où ils ont déposé un moment leur fardeau. Le silence du moine est passerelle vers l’écoute et la communion. En veillant ainsi sur ses frères en humanité, le moine vit la sollicitude de Dieu pour tout homme.

Jeter le manteau de la miséricorde sur ceux qui défaillent
Le moine sait aussi que si nous devons être miséricordieux et compatissant à l’égard du prochain, c’est surtout lorsque nous connaissons son défaut dominant. En effet, le premier mouvement serait de porter là toute notre sévérité ; mais au contraire, il faut y porter toute notre compassion, c’est une faiblesse que doit nous être sacrée parce que Dieu seul peut la traiter et la guérir. Ces grands défauts de nos frères sont comme une nudité sur laquelle il ne nous est pas permis de porter les yeux. Mais que chacun porte ses misères devant le regard de Dieu, en l’implorant humblement de nous guérir. Car ce divin regard peut voir toute nudité, aussi bien tout est à nu devant Lui qui guérit et revêt de lumière. Oui, le moine est invité à jeter le manteau de la miséricorde sur les épaules de ceux qui défaillent.

Prier, rejoindre les autres et agir sur le monde

Quand le moine se retire derrière la porte fermée de sa cellule pour prier, son influence sur ceux du dehors atteint son apogée. Quand il habitera avec lui-même, la lumière émergera du cœur des autres. Quand il consentira à avancer dans la nuit, le visage des pauvres s’illuminera. Oui, plus le moine se perd en Dieu, plus il est attentif à ceux qui l’entourent. Plus Dieu lui suffit, plus la présence des autres lui devient indispensable. Plus il est rassasié de la surabondance de Dieu, plus la proximité des autres lui est nécessaire. Plus il est réconcilié avec lui-même, plus l’univers se voit arraché à la haine et à la violence. Plus son intérieur ressemble à celui d’un enfant, plus il fait preuve de maturité. Plus, étant tout à Dieu, il se détourne de l’accidentel, plus il manifeste de respect pour les choses infimes ; c’est ainsi qu’il accomplit toutes choses et même les plus ordinaires, surtout les plus ordinaires, comme ouvrir une porte, écrire une lettre, tendre une main avec le plus grand soin et l’attention la plus vive, comme si le sort du monde et le cours des étoiles en dépendaient, et d’ailleurs, il est vrai que le sort du monde et le cours des étoiles en dépendent…

Plus d’infos :
> Pour vivre quelques jours dans la prière et le silence à l’abbaye d’Acey, contactez le Frère Hôtelier au 03 84 81 04 11
> Site internet de l’abbaye d’Acey
> L’abbaye d’Acey subvient à ses besoins en effectuant des travaux d’électrolyse. Voir le site de la société Electrolyse-Abbaye d’Acey.

Source : http://metz-catholique.fr/