Jésuites : de l’élection d’un nouveau « général », par le p. Lombardi

Un nouveau Supérieur général de la Compagnie de Jésus sera élu lors de la 36e Congrégation générale des jésuites à Rome.


Les 212 électeurs se réuniront, dimanche 2 octobre 2016, dans l’ « aula » rénovée de la Curie généralice pour choisir le successeur du père Adolfo Nicolàs, 80 ans. La méthode d’élection du 31e Supérieur général a été expliquée en détail à la conférence de presse de mardi 27 septembre 2016 par le père Lombardi, rapporte Radio Vatican.

Il n’y a pas de candidats pour cette élection, mais quatre jours de prière, de réflexions et de pénitence avant le début du vote. Ces jours-là il peut y avoir des échanges d’informations, en privé, de personne à personne. Le premier qui sera informé immédiatement du nom du successeur est le pape, puis le nom sera annoncé officiellement.

Les quatre jours de prière constituent « une expérience très importante, aussi d’un point de vue spirituel, estime le père Federico Lombardi sj, assistant ad providentiam et conseiller général de la Compagnie de Jésus : « Bien sûr chacun prend son temps de prier et de réfléchir, cependant, vous pouvez apprendre beaucoup, voir les gens de différentes parties du monde, aussi poser des questions ciblées. »

« Ce qui est difficile à expliquer, mais qui se passe réellement, poursuit-il, c’est que pendant ces jours la convergence naît, sans avoir à faire des discussions ou des réunions communes, mais grâce à ce réseau continu et intense d’échange et de communication personnelle. Donc, la très belle grande préoccupation de saint Ignace d’éviter qu’il y ait des « partis », qu’il y ait des groupes de pression, est parfaitement garantie par cette procédure. »

Le père Lombardi explique que même si « dans les Constitutions de la Compagnie de Jésus, écrites par saint Ignace, l’élection est ad vitam (pour la vie) », « une procédure appropriée pour la renonciation ou la démission » « n’est pas exclu ». Dans un monde d’aujourd’hui, « la vie se prolonge longtemps », dit-il, mais avec « l’âge » ou une « maladie » « les forces diminuent ».

« Le général peut montrer son désir d’abandonner, résume-t-il, mais il a une série de consultations à faire et il présente ensuite sa démission à la Congrégation générale, qui, cependant, est le seul organe qui est délégué pour l’accepter et élire un successeur. »

« En ramant vers le large » est le thème de cette 36e Congrégation, inspiré par l’exhortation du pape François aux Jésuites en 2014 : le pape les a encouragés de ramer ensemble dans le service de l’Église. En tant que jésuite, le pape François a participé à deux Congrégations générales : la 32e et la 33e.

Source : www.zenit.org