L’aventure autrement, un chemin de miséricorde Religieux(ses) apostoliques : appelés et envoyés dans un monde en pleine mutation (par Sr Nathalie Becquart)

Conférence de Sr Nathalie Becquart donnée à Rome le 31 janvier 2016 dans la Aula Paul VI, lors de la rencontre internationale « Vie consacrée en communion » pour la clôture de l’année de La vie consacrée.
Intervention demandée par les responsables de la Congrégation pour les Instituts de Vie consacrée et les Sociétés de Vie apostolique (Dicastère pour la vie consacrée) sur le thème : La vie consacrée apostolique dans les cultures contemporaines : lieu de contemplation, de réflexion théologique et de formation à la miséricorde.


Chers frères et soeurs, chers amis dans le seigneur
Chers religieux et religieuses apostoliques venus de tous les continents et réunis ici aujourd’hui.

Merci de m’accueillir, merci aux responsables du dicastère pour leur confiance, pour leur audace même d’avoir pris le risque de me demander cette intervention autour de la vie consacrée apostolique dans les cultures contemporaines : lieu de contemplation, de réflexion théologique et de formation à la miséricorde. Je me sens vraiment très petite et impressionnée devant la tâche qui m’incombe de prendre la parole ce matin devant vous. Je ne pourrai le faire si je n’avais pas rencontré depuis l’enfance de très nombreux consacrés qui m’ont touchée, guidée, interpellée, formée, soutenue.... Je suis redevable de tant d’hommes et de femmes de diverses congrégations qui m’ont fait de découvrir quelque chose de la vie du Christ et m’ont ouvert des mondes. Depuis la religieuse qui m’a accueillie pour l’éveil à la foi jusqu’au Pape François qui nous a donné ce cadeau d’une année de la vie consacrée, sans oublier toutes mes soeurs Xavières qui m’ont intégrée dans leur corps apostolique et me supportent avec patience au quotidien ! Aussi, je ne puis mettre des mots sur l’expérience de la vie religieuse apostolique sans d’abord rendre grâce pour tous ces religieux(ses) rencontrés de visu ou à travers leurs écrits, qui m’ont marquée par leur fidélité, leur engagement, leur réflexion. Ils font de moi une héritière. Ils m’ont fait percevoir la diversité de la vie religieuse mais plus encore son fondement commun dans le Christ qui nous met d’emblée dans une fraternité universelle, une connivence d’expérience comme nous le vivons dans cette rencontre internationale.
La vie consacrée apostolique pour moi ce sont d’abord des visages. Ce sont vos visages habités par tant de situations humaines, façonnés par la prière, la vie communautaire et la mission dans des cultures et des environnements si variés. La vie religieuse apostolique que nous représentons, il me semble que c’est avant tout une aventure humaine, un concentré de vie, une densité d’expériences, un creuset de chemins singuliers façonnés par milles et un charismes. Et finalement une manière de vivre pour tenter d’exprimer et d’incarner au long de l’histoire le mystère d’un Dieu qui vient à la rencontre de l’homme… La vie religieuse apostolique ce sont nos histoires d’hommes et de femmes appelés à tout donner, saisis au plus profond par l’amour de Dieu pour être envoyés dans le plein vent du monde au milieu de nos contemporains, en particulier les plus petits. Brûlés au coeur par le feu d’une Parole, assoiffés de Dieu, nous avons tout quitté et nous cherchons en tâtonnant comment devenir les mains, les yeux, les oreilles, la bouche, le corps du Ressuscité pour que « les hommes aient la vie et la vie en abondance » (Jn10, 10).

Et pourtant il me faut donc déployer maintenant le sujet qui m’est imparti. Je l’ai reçu comme une invitation à réfléchir sur la vocation et les défis de la vie religieuse apostolique pour aujourd’hui.

Religieux et religieuses apostoliques, appelés et envoyés dans des sociétés en plein bouleversements culturels et dans une église en processus de conversion missionnaire, nous avons besoin de mettre des mots sur ce que nous vivons pour chercher ensemble comment avancer dans ce contexte contemporain souvent déroutant. Nous vivons un moment passionnant mais difficile, voire éprouvant.
L’ampleur des changements technologiques et géopolitiques, l’accélération du temps, la révolution culturelle, anthropologique et sociale à l’oeuvre nous invitent à plonger très profondément dans nos racines pour revenir à la source. Et par là oser continuer à répondre avec audace et créativité aux appels du monde et de l’Eglise. Cherchant comme vous à lire les signes des temps, nourrie par ma mission au Service national pour l’évangélisation des jeunes et pour les vocations à la Conférence des Evêques de France, façonnée par l’écoute et la rencontre des jeunes mais aussi des ainés1, mon intuition est que la vie consacrée apostolique est appelée aujourd’hui à un nouvel aggiornamento peut-être aussi fort que celui qu’elle a vécu après Vatican II. Cet enjeu majeur d’une nécessaire réarticulation2 de la vie religieuse apostolique avec une forme de culture contemporaine globalisée que je qualifie de culture post-moderne numérique m’apparait comme un appel à une conversion radicale pour répondre aux nouveaux défis de ce monde pluriel et divisé. Un nouveau renouveau nécessaire pour aller jusqu’au bout de la réception de Vatican II et de l’ecclésiologie de communion qu’il développe. C’est pourquoi il est bon de vivre cette clôture de l’année de la vie consacrée comme un pèlerinage du Jubilé de la Miséricorde. Pour expliciter cette invitation à penser et vivre un changement de paradigme, partagé par de nombreux acteurs ecclésiaux et auteurs spécialistes de la vie religieuse apostolique, je vous propose un parcours en trois parties inspirées des trois axes donnés par le Pape François dans sa Lettre aux consacrés :

1. Regarder le passé avec reconnaissance. D’où venons-nous ? Notre vocation, un chemin d’incarnation et de disponibilité.
2. Vivre le présent avec passion. Où sommes-nous ? Migration et navigation, un chemin de transformation et d’inculturation
3. Embrasser l’avenir avec espérance. Où allons-nous ? Défis pour la mission, un chemin de communion et de réconciliation

.... Lire la suite en document joint.