La pastorale des vocations n’est pas "un service bureaucratique" mais "une rencontre avec le Seigneur"

C’est ce qu’a déclaré le pape François devant les participants à un Congrès international de pastorale vocationnelle, le 21 octobre 2016, au Vatican.


L’événement était organisé par la Congrégation pour le clergé sur le thème de la devise du pape argentin « Miserando atque eligendo ». Le pape a mis en garde contre la tentation d’ »un activisme d’organisation vide ». « La vocation, a-t-il assuré, commence par un regard de miséricorde qui s’est posé sur moi ».
Au fil de son long discours, le pape François a donné sa vision de la pastorale vocationnelle, qui « consiste à apprendre le style de Jésus ». Le dynamisme de toute pastorale des vocations, a-t-il expliqué, doit être « sortir, voir et appeler ».
Pour cela, le pape a souhaité « une Église en mouvement, capable d’élargir ses frontières, les mesurant non pas sur l’étroitesse des calculs humains ni sur la peur de se tromper, mais sur la mesure large du cœur miséricordieux de Dieu ». Au lieu du « critère pastoral commode du ‘on a toujours fait comme cela », il a invité à être « audacieux et créatifs », à « sortir de nos rigidités, (…) des formules standardisées, (…) des analyses préconçues ».
Le pape a décrit le regard qu’il attend des pasteurs : « attentif, sans hâte, capable de s’arrêter et de lire en profondeur, d’entrer dans la vie de l’autre sans jamais le faire se sentir menacé ou jugé ». Un regard « qui accompagne les personnes, sans mettre la main sur leur conscience ni prétendre contrôler la grâce de Dieu ».
Il a insisté aussi sur le discernement : « Je vous prie (…) d’avoir un regard avisé et prudent, sans légèreté ni superficialité. (…) Vigilance et prudence ! L’Église et le monde ont besoin de prêtres mûrs et équilibrés, de pasteurs intrépides et généreux, capables de proximité, d’écoute et de miséricorde ».

<uSource : www.zenit.org
Discours à un Congrès international (Traduction intégrale) : cliquer ici