La petite croix du pape et le prêtre égorgé en Irak

Aux jeunes consacrés du monde, le pape parle avant tout des martyrs d’aujourd’hui, notamment d’Irak et de Syrie.


Rome, 17 septembre 2015 (ZENIT.org) Anita Bourdin

Le pape François porte sur lui une petite croix qu’un prêtre égorgé en Irak tenait en main au moment de son martyre.
Le pape a fait cette confidence aux quelque 5 000 participants au Congrès international pour les jeunes consacrés (15-19 septembre), lors de l’audience de ce 17 septembre au Vatican, dans la salle Paul VI. Un congrès organisé par le dicastère romain pour la vie consacrée dans le cadre de l’Année de la vie consacrée.
Le pape a spécialement salué ceux d’Irak et de Syrie : « Je sais qu’il y a parmi vous des consacrés et des consacrées d’Irak et de Syrie. Je voudrais commencer par une pensée pour nos martyrs d’Irak et de Syrie, nos martyrs d’aujourd’hui. Peut-être en connaissez-vous beaucoup, ou quelques-uns… »
Puis il a parlé de sa croix : « Il y a quelques jours, sur la Place, un prêtre irakien s’est approché et m’a donné une petite croix : c’était la croix que tenait en main un prêtre qui a été égorgé pour ne pas renier Jésus-Christ. Cette croix, je la porte ici… »
« À la lumière de ces témoignages de nos martyrs d’aujourd’hui – qui sont plus nombreux que les martyrs des premiers siècles – et aussi des martyrs de votre terre d’Irak et de Syrie, je voudrais commencer notre dialogue en remerciant le Seigneur : que son Église accomplisse dans son corps ce qui manque à la passion du Christ, encore aujourd’hui, et en demandant la grâce du tout petit martyre quotidien, de ce martyre de tous les jours, dans le service de Jésus et de notre vie consacrée », a ajouté le pape avant de répondre aux questions des jeunes.

Avec une traduction de Constance Roques