Le Pape écrit à la famille vincentienne, le jour de St Vincent de Paul

A l’occasion du 4ème centenaire du charisme qui a donné naissance à votre Famille, je
voudrais vous rejoindre avec des mots de reconnaissance et d’encouragement et mettre
en évidence la valeur et l’actualité de saint Vincent de Paul.


A l’occasion du 4ème centenaire du charisme qui a donné naissance à votre Famille, je voudrais vous rejoindre avec des mots de reconnaissance et d’encouragement et mettre en évidence la valeur et l’actualité de saint Vincent de Paul.

Il a toujours été en chemin, ouvert à la recherche de Dieu et de lui-même. A cette
recherche constante s’est greffée l’action de la grâce : en tant que pasteur, il a eu une
rencontre fulgurante avec Jésus le Bon Pasteur, dans la personne des pauvres. Ce qui
s’est vérifié tout spécialement quand il s’est laissé toucher par le regard d’un homme
assoiffé de miséricorde et la situation d’une famille qui manquait de tout. A ce moment là, il a perçu le regard de Jésus qui l’a bouleversé en l’invitant à ne plus vivre pour lui-même, mais à le servir sans réserve dans les pauvres que Vincent de Paul appellerait
plus tard : « nos seigneurs et nos maîtres » (Correspondance, entretiens, documents, XI, 393). Alors, sa vie s’est transformée en un service constant jusqu’à son dernier souffle.
Une Parole de l’Ecriture lui avait donné le sens de sa mission : « Le Seigneur m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres » (cf. Lc 4,18).

Enflammé du désir de faire connaître Jésus aux pauvres, il s’est consacré intensément à l’annonce, surtout par les missions populaires, et tout spécialement en prêtant attention à la formation des prêtres. Il utilisait de manière naturelle une « petite méthode » : parler, d’abord par sa propre vie, et ensuite avec une grande simplicité, de façon familière et directe. L’Esprit a fait de lui un instrument qui a suscité un élan de générosité dans l’Eglise. Inspiré par les premiers chrétiens qui avaient « un seul coeur et une seule âme » (Ac 4,32), Saint Vincent a fondé les « Charités », afin de prendre soin des plus nécessiteux, vivant en communion et mettant à disposition leurs propres biens, dans la joie, avec la certitude que Jésus et les pauvres sont les trésors les plus précieux et que, comme il aimait à le répéter, « quand tu vas vers le pauvre, tu rencontres Jésus ».

Télécharger la lettre complète : ici

Source : site internet de la Congrégation de la Mission