Le Pape écrit aux Salésiens pour le bicentenaire de Don Bosco

À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Don Bosco, le Pape a envoyé une lettre au recteur majeur des Salésiens, don Ángel Fernández Artime, pour rendre grâce à Dieu pour le don du Saint des jeunes et rappeler les aspects essentiels de l’héritage spirituel et pastoral de Don Bosco, en exhortant les Salésiens à les vivre avec courage.


« L’Italie et l’Europe ont énormément changé au cours de ces deux derniers siècles, mais l’âme des jeunes, elle, n’a pas changé », écrit François. Encore aujourd’hui les jeunes sont « ouverts à la vie et la rencontre avec Dieu et avec les autres », bien que certains dans le même temps certains d’entre eux sont au bord du découragement, de « l’anémie spirituelle » et de la marginalisation.

« Don Bosco nous enseigne avant tout à ne pas être là à regarder, mais à se positionner en première file pour offrir aux jeunes une expérience éducative intégrale » qui implique toute la personne humaine. Sa pédagogie, rappelle François, est celle de la bonté, « un amour manifeste, perceptible, dans lequel se révèle le sympathie, l’affection, la compréhension, et l’intérêt pour la vie de l’autre ». Mais l’amour de l’éducateur en soi ne suffit pas. François estime qu’il doit s’exprimer à travers des gestes concrets et efficaces : une ambiance familiale où on porte assistance dans un climat de joie, des endroits dédiés aux chants, au théâtre, aux jeux, aux sports.

« Témoin crédible de Jésus », Don Bosco a vécu « une grande passion pour le salut de la jeunesse ». Suivant son « impulsion missionnaire », il a démontré son courage en faisant le choix de se vouer aux jeunes pauvres, en souhaitant créer un mouvement des pauvres pour les pauvres, outre les frontières de la races de la lague, de la culture et de la religion. Aujourd’hui encore, « la famille salésienne s’ouvre à de nouvelles frontières éducatives et missionnaires », en empruntant le chemin des nouveaux moyens de communications sociales et de l’éducation interculturelle auprès de peuples de diverses religions, dans des pays en voie de développement, dans des lieux de migrations.

« Les défis de Turin au XIX° siècle ont pris une dimension mondiale » : idolâtrie de l’argent, les inégalités qui génèrent de la violence, la colonisation idéologique liés au contexte urbain. Dans ce cadre, les Salésiens sont appelés à faire « refleurir la créativité charismatique dans et hors de leurs institutions éducatives ».
« Ne décevez pas les aspirations profondes des jeunes » qui ont besoin de vie, de joie, d’ouverture, de liberté et de collaborer dans la construction d’un monde plus juste et plus fraternel, où tous les peuples puissent s’épanouir, où la nature soit protégée. Le Pape invite les Salésiens à accompagner les jeunes « dans la recherche d’une synthèse ente la foi, la culture et la vie dans les moments où ils prennent des engagements exigeants. »

Le Pape charge les Salésiens de deux missions spécifiques : « Éduquer selon l’anthropologie chrétienne au langage des nouveaux moyens de communications et des réseaux sociaux qui représente en profondeur les codes culturels des jeunes », et « promouvoir des formes de volontariat social, ne se s’abandonnant pas aux idéologies qui placent le marché et la production avant la dignité de la personne et avant la valeur du travail. »

Enfin, tout ce travail ne se fera pas sans la famille et le Pape encourage les Salésiens à se mobiliser dans la pastorale de la famille pour que les adultes écoutent les jeunes « avec patience pour comprendre leurs incertitudes et leurs exigences », pour qu’ils parlent un langage qu’ils comprennent.

Source : http://fr.radiovaticana.va
Site internet : http://www.don-bosco.net/