Le "cycliste de Dieu" au championnat cycliste du clergé

Comme tous les ans à la même époque, aux premiers jours de mai, se tient le championnat cycliste du clergé. Cette année, nous découvrions la belle région du Perche, plus particulièrement la paroisse verdoyante de Saint-Lubin-du-Perche.


C’était la cinquième année que je participais à ce championnat auquel concouraient de nombreux prêtres, religieux… et même un évêque ! Chaque année, ce championnat est d’abord un moment convivial et de détente qui nous permet, chaque année, de découvrir un nouveau diocèse. Depuis plusieurs années, le nombre de concourants augmente. Cette année, nous avons passé la barre symbolique de la demi-centaine, puisque nous étions cinquante-deux cyclistes sur la ligne de départ, dont deux religieuses.
Le 30 avril a eu lieu la première course. Cinquante-deux kilomètres dans la verte campagne du Perche. Je suis arrivé vingtième. Mais on nous dit que le principal est de participer ! Le lendemain, 1er mai, course « contre la montre », avec seulement onze kilomètres à parcourir. J’ai eu quelques soucis pour partir… deux hommes tiennent le vélo et nous lâchent au coup d’envoi. Il paraît que ça fait gagner du temps ! Encore faut-il ne pas avoir de problèmes d’équilibre !
Cette année aura été particulièrement pluvieuse. Comme sur toute la France… ce qui console ! Et il vrai que rouler sous une pluie continuelle n’est vraiment pas agréable ni prudent. Alors pensez quand on doit porter des lunettes sans essuie-glaces ! Néanmoins, le mauvais temps n’a pas touché à notre moral, toujours au beau fixe, lui. On a seulement regretté que la pluie ait refroidi le peu de spectateurs venus nous encourager.
Et nous nous préparons à accueillir ce championnat dans deux ans, à l’abbaye, en 2017. Après avoir été harponné déjà l’an passé, j’ai enfin posé la candidature pour l’organiser dans le Calvados. Je pense déjà à bien des idées de parcours. J’y travaillerai avec mon responsable de club car il y a aussi tous les préparatifs administratifs et avec les sponsors qu’il connait bien. Quoiqu’il en soit, je me réjouis d’accueillir ces frères cyclistes dans notre belle région normande.
Source : http://www.mondaye.com