Le devoir de scruter, 2e lettre pour l’Année de la vie consacrée


Les consacrés à l’écoute des cris de l’humanité

 

La personne consacrée est appelé à « se mesurer continuellement à des demandes et des passions criées par l’humanité ». Elle doit donc « avoir le cœur en profonde harmonie avec les hommes et les femmes de son temps pour pouvoir les consoler et, lorsque c’est nécessaire, les réveiller », déclare Mgr Carballo.

Mgr José Rodriguez Carballo, ofm, secrétaire de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, a présenté la deuxième lettre circulaire en préparation de l’Année de la vie consacrée à l’Université pontificale urbanienne, le 15 octobre 2014.

Le document, dont le titre est "Scruter. Aux consacrés et consacrées en chemin sur les signes de Dieu", poursuit le parcours indiqué dans la première lettre intitulée "Réjouissez-vous". L’Osservatore Romano du 18 octobre rapporte des extraits de l’intervention de Mgr Carballo.

Le point de départ, a expliqué le secrétaire, est l’image biblique de la nuée, « comme signe de la présence, de la bonté et de la fidélité de Dieu, qui guide son peuple dans le désert ».

La lettre exhorte les religieux à « scruter », c’est-à-dire à « examiner en profondeur pour voir ce qui n’est pas évident ou visible », « chercher avec soin, avec attention » et « chercher intensément, avec passion ».

La personne consacrée est appelé à « se mesurer continuellement à des provocations », à des « demandes et des passions criées par l’humanité ». Elle doit donc « avoir le cœur en profonde harmonie avec les hommes et les femmes de son temps pour pouvoir les consoler et, lorsque c’est nécessaire, les réveiller ».

Mais elle doit aussi « rester vigilante pour préserver à tout moment la recherche du visage de Dieu et la suite du Christ en se laissant guider par l’Esprit ». En effet, « il n’est jamais permis aux consacrés de s’endormir » sous peine de « perdre toute signification évangélique et donc la raison même du choix de la vocation », a mis en garde Mgr Carballo.

Il a donné trois connotations du terme « scruter » : la vigilance, comme « la sentinelle du matin », qui « ouvre grand les yeux et les oreilles de son cœur pour s’apercevoir du passage du Seigneur dans l’histoire et entendre le murmure de sa voix ».

La seconde invite à « reconnaître la nuée, même si elle est petite », en dépassant les « signes de mort » et en valorisant les « signes de vie », ce qui veut dire « séparer le bien du mal, pour choisir le bien ».

La troisième, enfin, évoque l’ouverture aux nouveautés, « à l’imprévu de Dieu » : « devant la perplexité du moment actuel et la crise que vit la vie consacrée, il n’y a pas d’autre voie pour comprendre quelles sont les décisions que nous devons prendre... sachant que l’on n’a jamais fini de scruter », a-t-il conclu.

 

Avec une traduction de Constance Roques

Rome, 17 octobre 2014 (Zenit.org)