Le pape François signe la préface d’un livre sur les moines de Tibhirine

Le pape François a signé la préface du livre « Tibhirine, l’héritage », paru aux Éditions Bayard mercredi 6 avril, qui rassemble les témoignages de nombreuses personnalités, vingt ans après l’assassinat des moines de Tibhirine.


« Les meurtriers ne leur ont pas pris la vie : ils l’avaient donnée par avance (…) ». C’est avec des mots forts que le pape François évoque la mémoire des moines de Tibhirine, ces sept religieux français assassinés en Algérie il y a vingt ans, dans la préface du livre « Tibhirine, l’héritage », paru mercredi 6 avril chez Bayard (1).

Les moines de Tibhirine « n’ont pas fui la violence : ils l’ont combattue avec les armes de l’amour, de l’accueil fraternel, de la prière communautaire », écrit encore le pape en introduction de cet ouvrage, qui rassemble les témoignages de plusieurs personnalités proches des moines assassinés ou de l’enquête sur leur mort. Parmi elles, figurent notamment le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, Mgr Jean-Paul Vesco, évêque d’Oran, l’ancien juge antiterroriste Marc Trévidic, ou encore l’écrivain François Cheng, de l’Académie française.

Les moines assassinés « ont rendu témoignage par leur sang, vivant de manière tragique cette prescription de la règle de saint Benoît : “Daigne le Christ nous conduire ensemble à la vie éternelle” », écrit encore le pape, pour qui les sept religieux « sont témoins (martyrs) de l’amour ».
Simplicité et dialogue islamo-chrétien

Mais le pape fait aussi des moines de Tibhirine des exemples pour les chrétiens d’aujourd’hui. « Vingt ans après leur mort, nous sommes invités à être à notre tour signes de simplicité et de miséricorde », affirme le pape en référence au quotidien dépouillé que vivaient les moines. « Il n’y aura pas d’autre façon de combattre le mal qui tisse sa toile dans le monde », insiste-t-il.

Mais c’est aussi pour le dialogue avec les musulmans que François les voit comme une source d’inspiration : « À Tibhirine se vivait le dialogue de la vie avec les musulmans : nous chrétiens, nous voulons aller à la rencontre de l’autre, quel qu’il soit, pour nouer cette amitié spirituelle et ce dialogue fraternel qui pourront vaincre la violence », rappelle-t-il.
Gauthier Vaillant

(1) « Tibhirine, l’héritage », sous la direction de Christophe Henning, Bayard Éditions, 180 p., 14,90 €.

Source : La Croix