Le pape institue une Journée mondiale de prière pour la création

Traduction intégrale de la lettre du pape François qui institue une Journée mondiale de prière pour la protection de la création, qui sera célébrée le 1er septembre, en lien avec les orthodoxes qui la célèbrent à cette date depuis un certain nombre d’années.
Dans une lettre adressée au président du Conseil pontifical Justice et Paix et au président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, le pape invite les deux cardinaux à tout mettre en œuvre pour que la célébration annuelle de cette Journée porte du fruit.


Voici notre traduction intégrale de cette lettre. Rome, 10 août 2015 (www.zenit.org)
À mes vénérés frères,
le cardinal Peter Kodwo Appiah Turkson, président du Conseil pontifical Justice et Paix ;
le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens.
Partageant avec mon frère bien-aimé, le patriarche œcuménique Bartholomée, les préoccupations pour l’avenir de la création (cf. lettre encyclique Laudato si’, 7-9), et accueillant la suggestion de son représentant, le métropolite Jean de Pergame, qui est intervenu lors de la présentation de l’encyclique Laudato si’ sur la sauvegarde de la maison commune, je désire vous communiquer que j’ai décidé d’instituer dans l’Église catholique aussi une « Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création ». À partir de cette année, elle sera célébrée le 1er septembre, comme c’est le cas depuis un certain temps dans l’Église orthodoxe.
En tant que chrétiens, nous voulons apporter notre contribution pour surmonter la crise écologique que l’humanité est en train de vivre. C’est pourquoi, nous devons avant tout puiser dans notre riche patrimoine spirituel les motivations qui alimentent la passion pour la sauvegarde de la création, en nous souvenant toujours que, pour les croyants en Jésus-Christ, le Verbe de Dieu fait homme pour nous, « la spiritualité n’est déconnectée ni de notre propre corps, ni de la nature, ni des réalités de ce monde ; la spiritualité se vit plutôt avec celles-ci et en elles, en communion avec tout ce qui nous entoure » (ibid., 216). La crise écologique nous appelle donc à une profonde conversion spirituelle : les chrétiens sont appelés à une « conversion écologique qui implique de laisser jaillir toutes les conséquences de leur rencontre avec Jésus dans leurs relations avec le monde qui les entoure » (ibid., 217). En effet, « vivre la vocation de protecteurs de l’œuvre de Dieu est une part essentielle d’une existence vertueuse ; cela n’est pas quelque chose d’optionnel ni un aspect secondaire dans l’expérience chrétienne (ibid.).
La Journée mondiale annuelle de prière pour la sauvegarde de la création offrira aux croyants et aux communautés une occasion précieuse de renouveler leur adhésion personnelle à leur vocation de gardiens de la création, en élevant à Dieu leurs remerciements pour l’œuvre merveilleuse qu’il a confiée à nos soins, invoquant son aide pour la protection de la création et sa miséricorde pour les péchés commis contre le monde dans lequel nous vivons. La célébration de cette Journée, à la même date, avec l’Église orthodoxe sera une occasion fructueuse pour témoigner de notre communion croissante avec nos frères orthodoxes. Nous vivons en un temps où tous les chrétiens affrontent des défis identiques et importants auxquels, pour être plus crédibles et efficaces, nous devons donner des réponses communes. Pour cette raison, je souhaite que cette Journée puisse aussi impliquer d’une façon ou d’une autre d’autres Églises et communautés ecclésiales et être célébrée en harmonie avec les initiatives promues sur ce thème par le Conseil œcuménique des Églises.
À vous, Cardinal Turkson, président du Conseil pontifical Justice et Paix, je demande de faire connaître aux commissions Justice et Paix des Conférences épiscopales, ainsi qu’aux organismes nationaux et internationaux engagés dans le domaine de l’écologie, l’institution de la Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création afin qu’en harmonie avec les exigences et les situations locales, la célébration soit préparée comme il se doit avec la participation de tout le peuple de Dieu : prêtres, religieux, religieuses et fidèles laïcs. Dans ce but, votre dicastère veillera, en collaboration avec les Conférences épiscopales, à mettre en œuvre d’opportunes initiatives de promotion et d’animation afin que cette célébration annuelle soit un moment fort de prière, de réflexion, de conversion et d’adoption de styles de vie cohérents.
À vous, Cardinal Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, je demande de prendre les contacts nécessaires avec le patriarcat œcuménique et avec les autres réalités œcuméniques, afin que cette Journée mondiale puisse devenir le signe d’un chemin parcouru avec tous les croyants dans le Christ. Il reviendra en outre à votre dicastère d’organiser la coordination avec les initiatives similaires lancées par le Conseil œcuménique des Églises.
Je compte sur la plus ample collaboration possible afin de lancer et développer au mieux la Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création et j’invoque l’intercession de la Mère de Dieu, la Très Sainte Vierge Marie, et de saint François d’Assise, dont le Cantique des créatures inspire tant d’hommes et de femmes de bonne volonté à vivre dans la louange du Créateur et le respect de la création. La bénédiction apostolique que je vous donne de tout cœur, Messieurs les Cardinaux, ainsi qu’à ceux qui collaborent à votre ministère, soutient les vœux que je forme.

Au Vatican, le 6 août 2015, fête de la Transfiguration du Seigneur

© Traduction de Zenit, Constance Roques