Les religieuses, en pointe de la lutte contre la traite des femmes et des enfants

(RV) Entretien- Rome a accueilli du 25 au 31 janvier une rencontre internationale contre la traite des femmes et des enfants, organisée par le réseu international de la vie consacrée contre la traite des personnes. Un réseau intitulé « Talitha Kum » qui signifie en araméen « lève-toi », né en 2009. Une vingtaine de religieuses originaires des Philippines, du Brésil ou encore du Burkina Faso ont fait le déplacement dans la ville éternelle pour participer à cette rencontre.


Celle-ci s’est articulée en trois temps : trois jours de réflexion au siège de l’Union Internationale des Supérieures Générales pour se concerter et se coordonner afin de lutter conjointement contre la prostitution ou le travail forcé, puis une session de rencontres à l’Académie Pontificale des Sciences au Vatican avec d’autres acteurs de l’Eglise engagés contre la traite humaine, enfin, un partage d’expériences avec les membres des Instituts Séculiers réunis à Rome pour participer à la rencontre conclusive de l’année de la Vie Consacrée.

La sœur québécoise Nicole Riva de la congrégation des Missionnaires de Notre Dame des apôtres nous explique pourquoi ces rencontres romaines sont selon elle, si importantes

Des propos recueillis par Marie Duhamel.

Source : http://fr.radiovaticana.va

En février dernier, à l’occasion de la première Journée de prière et de réflexion contre la traite des personnes, le Pape François avait appelé les responsables gouvernementaux à « tout mettre en œuvre pour éradiquer les causes de cette plaie honteuse, indigne d’une société civile ».

Pour aller plus loin : http://www.talithakum.info