Les salésiens au rassemblement des Familles Spirituelles à Lourdes


Plus de 400 religieux et religieuses et près de 800 laïcs en responsabilité se sont retrouvés à Lourdes les 19-20 octobre pour le rassemblement des familles spirituelles. 160 congrégations étaient représentées « C’était impressionnant » déclarent les participants venus au titre de la famille salésienne qui livrent ici leurs impressions à cœur ouvert dans des interviews vidéos.

Les laïcs jouent un rôle croissant dans les familles spirituelles

« Les laïcs n’attendent plus simplement de se ressourcer au sein des familles spirituelles, ils sont dans une démarche d’évangélisation et veulent mener des projets en partenariat avec les religieux » a déclaré Bernadette Delizy, Sœur de Sainte-Clotilde dans son intervention sur les résultats de l’enquête de la Corref. Selon cette enquête, le nombre de laïcs dans les familles spirituelles serait passé d’environ 40 000 en 2007, à 50 000 aujourd’hui – chiffres à comparer à celui des 35 000 religieux et religieuses en France. « Le rôle des laïcs évolue vers davantage de prises de responsabilité, au point de donner naissance à des projets collaboratifs. »

Lire la suite sur le site Don Bosco Aujourd’hui
 
TÉMOIGNAGE DE CHRISTIANE MEAUX 
Christine Meaux, salésienne coopératrice, a fait partie de l’équipe d’organisation du rassemblement

Ce fut une vraie joie de travailler à l’élaboration d’un tel projet. Au delà des contacts fraternels et amicaux qui se sont créés au fil des mois, je crois bien que j’ai touché du doigt un aspect de ma mission de salésienne coopératrice : non seulement être au service de l’Eglise mais aussi, compte tenu de notre histoire et de notre expérience de laïcs associés, j’ai pris conscience de la chance extrême que nous avions d’appartenir clairement à cette grande Famille voulue par notre fondateur.

Beaucoup de laïcs associés cherchent encore leur voie. Avec les religieux et les religieuses qui les accompagnent, ils profitent de ces rassemblements pour trouver des pistes, s’assurer des raisons de faire famille, et la trentaine d’ateliers mis en place, a permis de réfléchir, travailler et répondre aux multiples questions que cette réalité, nouvelle pour beaucoup, leur pose.