SAINTE MARIE (Torfou)

« Issues d’un peuple et pour un peuple, les Sœurs de Sainte-Marie sont appelées à vivre tout simplement de l’Evangile et pour l’Evangile, au rythme de l’Eglise, parmi le peuple chrétien, pour que l’amour de Dieu soit révélé à tout homme » (Livre de Vie).
L’expérience spirituelle des Sœurs de Sainte-Marie s’exprime en trois traits principaux :
- Vivre de la charité de Jésus-Christ dans sa vie agissante. Vivre de cette charité, c’est regarder tout homme comme un frère, se faire proche de tous, avec une attention pour les plus démunis ; c’est proposer la foi en Jésus-Christ
- Aimer et servir en Eglise. Aimer l’Eglise, c’est travailler à sa croissance avec d’autres chrétiens.
- Cheminer avec Marie. Marcher avec elle sur un chemin de proximité et de simplicité, de discrétion et d’humble service.
Cette grâce des origines continue à porter fruit. Ainsi, le charisme a pris racine au Burkina : en 1968, des « filles du pays » se sont levées pour révéler l’amour de Dieu à leurs frères. Et depuis 1999, des laïcs désirent puiser à cette même source : ils s’engagent à vivre de l’expérience spirituelle et apostolique des Sœurs de Sainte-Marie.


Date de fondation
1823
Fondateur
Abbé Charles Foyer, curé de Torfou
Spiritualité
DIFFERENTS COURANTS SPIRITUELS
Engagement prioritaire
Education, santé
Date d’implantation en France
1823
Nb de communautés en France
29
Présence
4
Effectif global
280
Historique
En 1809, Charles Foyer est nommé curé de Torfou, petit bourg situé à la limite des trois départements : Maine-et-Loire, Vendée, Loire-Atlantique. Il arrive dans une contrée ravagée par la Révolution, dans une Eglise elle-même déchirée. Un désir l’habite, désir partagé par les jeunes filles du pays : « Faire quelque chose pour la gloire de Dieu ». Ainsi naît en 1821 la Congrégation des Sœurs de Sainte-Marie pour « soigner les pauvres malades, élever chrétiennement les jeunes filles, et plus généralement s’adonner aux œuvres de charité et de miséricorde. » Très vite des communautés s’ouvrent dans les trois diocèses d’origine. A partir de 1864, les Sœurs sont envoyées dans d’autres diocèses plus éloignés : Evreux, Amiens, Poitiers, Périgueux… En 1902, au moment des lois de Séparation de l’Eglise et de l’Etat la Congrégation fait le choix de la sécularisation pour répondre à la population qui demande le maintien des écoles. Plus de 300 sœurs acceptent de se séculariser. En 1957, en réponse à un appel de l’Eglise universelle, la Congrégation envoie des sœurs en Haute-Volta, aujourd’hui le Burkina-Faso. Puis, au Bénin en 1984 et au Tchad en 2000. Le 8 mai 2012, les Soeurs de l’Union Saint François de Sales de Rodez se sont agrégées aux Soeurs de Sainte-Marie. Depuis 1999, des chrétiens se sont associés aux Soeurs de Sainte-Marie et vivent de leur expérience spirituelle. A ce jour, ils sont près d’une centaine.
Présence
La Congrégation compte 280 sœurs, dont 119 Sœurs africaines. Elle comprend :
- la Région France. Elle compte 29 petites communautés implantées dans les 3 diocèses d’origine : Angers, Nantes, Luçon, et dans 5 autres diocèses : Evreux, Périgueux, Saint-Flour, Rodez, Coutances et Avranches. Parmi ces 29 communautés, 5 sont des communautés inter-congrégations (Angers, Beaupreau, Sainte Mère Eglise, La Primaube et Vic-sur-Cère). - la Région Burkina-Faso et Bénin, où est implanté le Noviciat. Elle comporte 16 communautés au Burkina dans les 5 diocèses de Koudougou, Ouahigouya, Ouagadougou, Kaya et Dori, 2 communautés au Bénin, dans le diocèse de Natitingou.
- Deux communautés au Tchad, dans le diocèse de Moundou.
- La Maison-Mère, où vivent les sœurs aînées, est le lieu source, la maison de « toutes », le lieu d’accueil de groupes très divers. Elle est rattachée au Généralat. Au 31 décembre 2015, elle compte 76 soeurs.

Soeurs de Sainte-Marie
3 rue Charles Foyer
TORFOU
49660 SÈVREMOINE
02 41 46 64 11
soeursdestemarie@orange.fr