SAINTE MARIE (Torfou)

« Issues d’un peuple et pour un peuple, les Sœurs de Sainte-Marie sont appelées à vivre tout simplement de l’Evangile et pour l’Evangile, au rythme de l’Eglise, parmi le peuple chrétien, pour que l’amour de Dieu soit révélé à tout homme » (Livre de Vie).
L’expérience spirituelle des Sœurs de Sainte-Marie s’exprime en trois traits principaux :
- Vivre de la charité de Jésus-Christ dans sa vie agissante. Vivre de cette charité, c’est regarder tout homme comme un frère, se faire proche de tous, avec une attention pour les plus démunis ; c’est proposer la foi en Jésus-Christ
- Aimer et servir en Eglise. Aimer l’Eglise, c’est travailler à sa croissance avec d’autres chrétiens.
- Cheminer avec Marie. Marcher avec elle sur un chemin de proximité et de simplicité, de discrétion et d’humble service.
Cette grâce des origines continue à porter fruit. Ainsi, le charisme a pris racine au Burkina : en 1968, des « filles du pays » se sont levées pour révéler l’amour de Dieu à leurs frères. Et depuis 1999, des laïcs désirent puiser à cette même source : ils s’engagent à vivre de l’expérience spirituelle et apostolique des Sœurs de Sainte-Marie.


Date de fondation
1823
Fondateur
Abbé Charles Foyer, curé de Torfou
Spiritualité
0
Engagement prioritaire
Education, santé
Date d’implantation en France
1823
Nb de communautés en France
29
Présence
4
Effectif global
280
Historique
En 1809, Charles Foyer est nommé curé de Torfou, petit bourg situé à la limite des trois départements : Maine-et-Loire, Vendée, Loire-Atlantique. Il arrive dans une contrée ravagée par la Révolution, dans une Eglise elle-même déchirée. Un désir l’habite, désir partagé par les jeunes filles du pays : « Faire quelque chose pour la gloire de Dieu ». Ainsi naît en 1823 la Congrégation des Sœurs de Sainte-Marie pour « soigner les pauvres malades, élever chrétiennement les jeunes filles, et plus généralement s’adonner aux œuvres de charité et de miséricorde. » Très vite des communautés s’ouvrent dans les trois diocèses d’origine. A partir de 1864, les Sœurs sont envoyées dans d’autres diocèses plus éloignés : Evreux, Amiens, Poitiers, Périgueux… En 1902, au moment des lois de Séparation de l’Eglise et de l’Etat la Congrégation fait le choix de la sécularisation pour répondre à la population qui demande le maintien des écoles. Plus de 300 sœurs acceptent de se séculariser. En 1957, en réponse à un appel de l’Eglise universelle, la Congrégation envoie des sœurs en Haute-Volta, aujourd’hui le Burkina-Faso. Puis, au Bénin en 1984 et au Tchad en 2000. Le 8 mai 2012, les Soeurs de l’Union Saint François de Sales de Rodez se sont agrégées aux Soeurs de Sainte-Marie. Depuis 1999, des chrétiens se sont associés aux Soeurs de Sainte-Marie et vivent de leur expérience spirituelle. A ce jour, ils sont près d’une centaine.
Présence
La Congrégation compte 280 sœurs, dont 119 Sœurs africaines. Elle comprend :
- la Région France. Elle compte 29 petites communautés implantées dans les 3 diocèses d’origine : Angers, Nantes, Luçon, et dans 5 autres diocèses : Evreux, Périgueux, Saint-Flour, Rodez, Coutances et Avranches. Parmi ces 29 communautés, 5 sont des communautés inter-congrégations (Angers, Beaupreau, Sainte Mère Eglise, La Primaube et Vic-sur-Cère). - la Région Burkina-Faso et Bénin, où est implanté le Noviciat. Elle comporte 16 communautés au Burkina dans les 5 diocèses de Koudougou, Ouahigouya, Ouagadougou, Kaya et Dori, 2 communautés au Bénin, dans le diocèse de Natitingou.
- Deux communautés au Tchad, dans le diocèse de Moundou.
- La Maison-Mère, où vivent les sœurs aînées, est le lieu source, la maison de « toutes », le lieu d’accueil de groupes très divers. Elle est rattachée au Généralat. Au 31 décembre 2015, elle compte 76 soeurs.

Soeurs de Sainte-Marie
3 rue Charles Foyer
TORFOU
49660 SÈVREMOINE
02 41 46 64 11
soeursdestemarie@orange.fr