Message de la Corref pour BSA II (3 mai, Notre Dame de Paris)


Brother & Sister Act, Missionnaires de la Joie !

Dimanche 3 mai 2015, Notre Dame de Paris

Chers jeunes religieux et religieuses de France,

Le choix du thème de ce rassemblement nous invite à une vraie conversion. Quittons nos vêtements de tristesse, quittons nos illusions et entrons dans la joie du Seigneur. Christ est vivant, il nous rend à la vie, nous en sommes témoins. À la suite des Douze, exultons de joie à cause du Christ et devenons toujours plus missionnaires de cette joie au nom de l’Evangile.

Des religieux, des religieuses qui semblent écrasés par la tristesse et les soucis de la vie ne favorisent pas la bonne perception de leur vocation et du témoignage chrétien en général. Bien sûr la joie ne va pas de soi. Il est des circonstances où elle n’est pas spontanée. Cependant elle est un don toujours offert auquel il est possible de se rendre disponible. La vie religieuse se doit prioritairement de favoriser ce don de grâce dans la force du désir spirituel.

L’exhortation Evangelii gaudium nous redit combien cette joie est liée à la rencontre du Christ. C’est là vraiment que nous trouvons notre élan de disciples. Le Christ est notre joie, notre résurrection et notre vie. C’est pourquoi, nous sommes appelés à prendre le temps nécessaire pour écouter sa Parole dans la méditation, la liturgie et l’accueil des frères et des sœurs en communauté et bien au-delà, au cœur de la mission. Rencontrer le Christ est la priorité de nos vies car loin de nous enfermer dans un dialogue privé, le Christ ouvre notre horizon aux dimensions du monde. La théologie de la rencontre avec nos frères et sœurs en humanité est la clé de toute évangélisation dans la joie missionnaire. Cette théologie nécessite en tout premier lieu la rencontre même du Christ.

Prenons la décision aujourd’hui de nous laisser rencontrer par lui, de le chercher sans trêve. Et si par hasard, vous traversez une période difficile, surtout ne désespérez jamais de la miséricorde qu’il nous transmet de la part du Père. Comme le dit souvent le Pape François, Dieu ne se fatigue jamais de pardonner, c’est nous qui nous lassons de lui demander son pardon. Si nous le lui demandons en vérité, il nous l’accordera et nous donnera la grâce de nous convertir. Alors nous serons témoins de la joie du prodigue pour lequel le Père invite au festin de la miséricorde.

Lire la suite en document joint