Message des Sœurs Dominicaines en Irak sur les Evénements marquants de 2015


Chers Sœurs, frères et amis,
Tout en vous adressant mes meilleurs vœux pour la Nouvelle Année, je voudrais vous exprimer ma gratitude pour votre soutien constant et vos prières. J’aimerais aussi partager avec vous les événements marquants que nous avons vécus en 2015.
Grâce aux efforts bénis de nos sœurs, cela a été une année riche en événements. Elles ont été en mesure non seulement d’aider les personnes déplacées à l’intérieur du Pays dans les camps, mais aussi de préparer 400 enfants à la Première Communion, en dix groupes de différentes villes de la région du Kurdistan.
Nous remercions le Seigneur car nos efforts pour ouvrir une école primaire ont été fructueux et nous avons réussi à obtenir tous les permis nécessaires de la part des gouvernements Irakien et Kurde. L’évêque Wada (l’évêque Chaldéen d’Erbil) nous a offert un bâtiment construit par des organisations catholiques sur un terrain appartenant à l’Archidiocèse d’Erbil, et la Mission Pontificale l’a généreusement meublé. Il y a environ 460 élèves dans l’école — des filles et des garçons — et tous sont des enfants déplacés. Sept de nos Sœurs dominicaines travaillent à l’école, avec d’autres enseignants et administrateurs qui sont eux aussi déplacés. Dans notre école l’enseignement est gratuit. Les salaires des enseignants et du personnel (environ $18,000 par mois) sont assurés par la Mission Pontificale pour cette année. Les gens sont reconnaissants et heureux de ce projet, car les conditions dans lesquelles se trouvent les autres écoles sont vraiment misérables. A cause du grand nombre de personnes déplacées, certaines écoles organisent plusieurs groupes pour les classes qui se déroulent à tour de rôle, le nombre d’élèves par classe s’élève parfois à 80 dans une classe.
Nous avons aussi réussi à ouvrir des crèches pour les enfants déplacés car il y a eu plus de demandes cette année. Les familles préfèrent que leurs enfants soient éduqués par des sœurs dominicaines. Il y a maintenant 440 enfants dans nos crèches à Ankawa. En outre, dans la ville d’Aqra où il y a 250 familles, nous avons ouvert une crèche pour 50 enfants. A Kaznazan il y a 130 enfants. Pour les enfants déplacés, ces crèches sont gratuites.
Dans les deux projets, écoles et crèches, les sœurs ont remarqué une grande amélioration dans le comportement des enfants. Ils écoutent mieux leurs enseignants et il est plus facile pour ceux de les discipliner. Les écoles disposent d’une cour et d’un terrain de sport qui permettent aux enfants de jouer et de canaliser leur énergie.
Quoi qu’il en soit, les gens affrontent encore de nombreux défis et en ce moment, la situation en Irak est encore traumatisante. Le mois dernier, nous avons été choqués d’apprendre que sept personnes ont péri en mer en essayant de rejoindre la Grèce (un frère et une sœur de 7 et 3 ans avec leurs parents, et un frère et une sœur de 7 et 13 ans avec leur mère).
Nous sommes tous physiquement et psychologiquement épuisés et il ne semble pas qu’il existe des solutions. Les gens risquent leur vie. L’Immigration ne cesse de croître dans toutes les directions. Juste avant la fin de l’année, 167 personnes de différentes familles ont été placées d’un coup en Slovaquie dans le cadre d’un programme d’immigration program, et il y en aura d’autres dans les prochains mois. Cela a bien sûr ébranlé la confiance des gens en ce qui concerne le futur de la Chrétienté en Irak. En outre, il y a d’autres familles qui quittent le pays pour les pays voisins comme le Liban, la Jordanie ou la Turquie. En trois mois, le nombre d’enfants dans nos écoles a baissé de 520 à 460 ; environ 15 enfants d’une crèche sont parties avec leurs familles et d’autres prévoient de le faire.
Bien que nous soyons tristes de voir les gens partir, nous savons que ceux qui vivent dans des maisons préfabriquées ont une vie extrêmement difficile, surtout maintenant que l’hiver devient rigide car ces maisons (caravanes) ne sont pas saines et ne sont pas faites pour contenir des familles aussi nombreuses, ni équipées pour des températures aussi extrêmes (très chaudes en été et très froides en hiver).
Les nouvelles récentes sur la politique au Moyen Orient ne sont pas du tout rassurantes et il n’y a rien d’encourageant à l’horizon. Nous allons vers l’inconnu et tout est incertain. Il n’est donc pas surprenant de voir partir les gens. Nous prions pour nos frères et nos sœurs afin que les portes de la miséricorde divine s’ouvrent et qu’ils trouvent des gens qui veulent les accueillent. Ici nous continuons avec ceux qui restent en les aidant spirituellement et intellectuellement, à travers des projets d’éducation et des réunions liturgiques.
Dans la communauté, nous sommes reconnaissantes envers tous ceux qui nous ont aidées à acheter une maison, ce qui a permis à nos jeunes sœurs d’avoir un meilleur environnement pour le programme de formation. Nous avons commencé les préparatifs de notre Chapitre Général qui devrait avoir lieu en juillet 2016.
Nous vous demandons de prier pour que Dieu nous illumine et nous accorde Sa sagesse de discernement dans la réalité que nous vivons, malgré toutes les difficultés et les tensions qui nous entourent.

Les Sœurs Dominicaines de Ste Catherine de Sienne, Irak.

Source : http://www.op.org