Message pour la 89ème Journée missionnaire mondiale (octobre 2015)


La 89ème Journée missionnaire mondiale qui est fixée au 18 octobre, prend place dans le cadre de l’Année de la vie consacrée :. Le Pape lui a donné tout son sens par le message qu’il vient de publier à ce sujet.

" Si tout baptisé est appelé à rendre témoignage au Seigneur en annonçant la foi reçue, cela vaut de manière particulière pour la personne consacrée, parce qu’un lien fort existe entre la vie consacrée et la mission. La "Sequela Christi," qui a suscité l’avènement de la vie consacrée au sein de l’Église, répond à l’appel à prendre la croix et à se mettre à sa suite, à imiter sa consécration au Père et ses gestes de service et d’amour, à perdre la vie pour la retrouver.

" La mission n’est pas prosélytisme ou simple stratégie. Elle fait partie de la grammaire de la foi. Il s’agit de quelque chose d’indispensable pour celui qui se met à l’écoute de la voix de l’Esprit qui murmure Viens et va. Celui qui suit le Christ ne peut que devenir missionnaire, et il sait que Jésus marche avec lui, parle avec lui, respire avec lui, travaille avec lui. Il ressent Jésus vivant avec lui au milieu de l’activité missionnaire.

" La mission est passion pour Jésus-Christ et, en même temps, passion pour les personnes. Lorsque nous nous tenons en prière devant Jésus crucifié, nous reconnaissons la grandeur de son amour qui nous donne dignité et nous soutient et, en même temps, nous percevons que cet amour qui part de son coeur transpercé s’étend à tout le peuple de Dieu et à l’humanité entière.

" Ainsi nous sentons qu’il veut aussi se servir de nous pour arriver toujours plus près de son peuple bien-aimé et de tous ceux qui le cherchent avec un coeur sincère.

" Dans le commandement de Jésus Allez sont présents les scénarios et les défis toujours nouveaux de la mission évangélisatrice de l ?Eglise. En elle, tous sont appelés à annoncer l’Evangile par le témoignage de la vie.

" Aux consacrés, il est demandé en particulier d’écouter la voix de l’Esprit qui les appelle à aller vers les grandes périphéries de la mission, parmi les peuples auxquels n’est pas encore parvenu l’Evangile.

" Le cinquantième anniversaire du décret conciliaire Ad Gentes nous invite à relire et à méditer ce document qui suscita un fort élan missionnaire au sein des Instituts de vie consacrée. Dans les communautés contemplatives fut remise en évidence la figure de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, patronne des missions, en tant qu’inspiratrice du lien intime entre la vie contemplative et la mission.

..." C’est pourquoi il est urgent de proposer à nouveau l’idéal de la mission dans son aspect central...le don total de soi en vue de l’annonce de l’Evangile. Il ne peut exister de compromis à ce propos. Celui qui, avec la grâce de Dieu, accueille la mission, est appelé à la vivre. Pour ces personnes, l’annonce du Christ, au sein des multiples périphéries du monde, devient la manière de vivre à sa suite et récompense de beaucoup de fatigues et de privations.

L’annonce de l’Evangile, avant d’être un besoin pour ceux qui ne le connaissent pas, est une nécessité pour qui aime le Maître

Aujourd’hui, la mission est face au défi de respecter le besoin de tous les peuples de repartir de leurs propres racines et de sauvegarder les valeurs de leurs cultures respectives. Il s’agit de connaître et de respecter d’autres traditions et systèmes philosophiques et de reconnaître à chaque peuple et culture le droit d’être aidé par sa propre tradition dans la compréhension du mystère de Dieu et dans l’accueil de l’Evangile, qui est lumière pour les cultures et force transformante pour ces dernières.

..." Il est donc nécessaire que les consacrés missionnaires s’ouvrent toujours plus courageusement à ceux qui sont disposés à collaborer avec eux, même pour un temps limité, pour une expérience sur le terrain. Ce sont des frères et des soeurs qui désirent partager la vocation missionnaire inhérente au Baptême.

..." Dans l’immense champ de l’action missionnaire de l’Eglise, chaque baptisé est appelé à vivre au mieux son engagement, selon sa situation personnelle. Une réponse généreuse à cette vocation universelle peut être offerte par les consacrés et les consacrées au travers d’une intense vie de prière et d’union avec le Seigneur et avec son sacrifice rédempteur.

" Confiant à la Vierge Marie, Mère de l’Eglise et modèle de la Mission, tous ceux qui, Ad Gentes ou dans leur pays, quel que soit leur statut, coopèrent à l’annonce évangélique, j’accorde de tout coeur la Bénédiction apostolique".

Source : .VIS