"Réjouissez-vous" lettre aux supérieurs majeurs pour l’année de la vie consacrée


Chers frères et sœurs,

« La joie de l’Evangile remplit le coeur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus. Avec Jésus Christ, la joie naît et renaît toujours ».[1]

Dans le magistère du Pape François, l’incipit d’Evangelii gaudium résonne avec une vitalité surprenante : il nous tourne vers ce mystère merveilleux de la Bonne Nouvelle qui, accueilli dans le cœur de la personne, en transforme la vie. C’est la parabole de la joie qui nous est racontée : la rencontre avec Jésus allume en nous la beauté de l’origine, celle du visage sur lequel resplendit la gloire du Père (cfr 2 Co 4,6), source de la joie.

La Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique propose de réfléchir sur le temps de grâce qu’il nous est donné de vivre, cette invitation spéciale que le Pape adresse à la vie consacrée.

Accueillir ce magistère, c’est renouveler son existence suivant l’Evangile, non selon une radicalité comprise comme modèle de perfection et souvent de séparation, mais dans l’adhésion toto corde à l’événement de la rencontre salvifique qui transforme la vie. « Il s’agit de tout quitter pour suivre le Seigneur. Non, je ne veux pas dire radical. La radicalité évangélique n’appartient pas seulement aux religieux : elle est demandée à tous. Mais les religieux suivent le Seigneur de manière spéciale, sur un mode prophétique. Moi, j’attends de vous ce témoignage-là. Les religieux doivent être des hommes et des femmes capables de réveiller le monde ».[2]

Dans la finitude humaine, les limites et les soucis quotidiens, les consacrés et consacrées vivent la fidélité. Lorsqu’ils donnent raison de la joie qui les habite, ils deviennent un splendide témoignage, une annonce efficace, une compagnie et une proximité pour les femmes et les hommes qui habitent avec eux l’histoire et cherchent l’Eglise comme la maison paternelle.[3] François d’Assise, en choisissant l’Evangile comme forme de vie, « a fait grandir la foi, a renouvelé l’Eglise ; et, dans le même temps, il a renouvelé la société, l’a rendue plus fraternelle, mais toujours avec l’Evangile, avec le témoignage. Prêchez toujours l’Evangile et, si nécessaire, même avec les paroles ! ».[4]

Les suggestions qui nous viennent de l’écoute de la parole du Pape sont nombreuses, mais ce qui nous interpelle particulièrement, c’est l’absolue simplicité avec laquelle il propose son magistère, se conformant à l’authenticité désarmante de l’Evangile. Parole sans glose, répandue avec le geste large du bon semeur qui, confiant, ne fait pas de discrimination entre les terrains.

Une invitation donnée avec autorité et avec la légèreté de la confiance, un appel à abandonner les argumentations institutionnelles et les justifications personnelles, une parole provocante qui parvient à interroger nos modes de vie parfois engourdis et somnolents, souvent vécus à la marge du défi : si vous aviez autant de foi qu’un grain de moutarde (Lc 17, 5). Un appel qui nous encourage à nous mettre en mouvement pour donner raison du Verbe qui demeure parmi nous, de l’Esprit qui crée et qui renouvelle constamment son Eglise.

Cette Lettre trouve sa raison d’être dans cette invitation et souhaite entamer une réflexion partagée, tout en s’offrant comme simple moyen pour une confrontation loyale entre Evangile et Vie. Le Dicastère introduit ainsi un itinéraire commun, lieu de réflexion personnelle, fraternelle, en institut, et en chemin vers 2015, année que l’Eglise dédie à la vie consacrée. Avec le désir et l’intention d’oser les décisions évangéliques qui porteront des fruits de renaissance et seront source de joie : « la primauté de Dieu apporte à l’existence humaine une plénitude de sens et de joie, car l’homme est fait pour Dieu et il est sans repos tant qu’il ne repose en Lui ».[5]

(...)

(LIRE LA SUITE EN DOCUMENT JOINT)


[1] François, Exhortation apostolique Evangelii gaudium, 24 novembre 2013, n. 1.

N.d.T. : tous les textes cités du Pape François, à l’exception des méditations matinales, sont publiés en français sur le site du Vatican (http://www.vatican.va/phome_fr.htm).

[2] Cfr Antonio Sparado, « Svegliate il mondo ! ». Colloquio di papa Francesco con i Superiori Generali, in : La Civiltà Cattolica, 165 (2014/I), 5.

[3] Cfr François, Exhortation apostolique Evangelii gaudium, (24 novembre 2013), n. 47.

[4] François, Annunciate il Vangelo, se serve anche con le parole, le Pape confie, avec l’expression de Saint François, son message aux jeunes réunis à Sainte Marie des Anges [Incontro con i giovani dell’Umbria, Assise, 4 octobre 2013], in : L’Osservatore Romano, dimanche 6 octobre 2013, CLIII (229), p. 7.

[5] Jean-Paul II, Exhortation apostolique post-synodale Vita consecrata, (25 mars 1996), n. 27.