Prière pour la paix le 20 septembre 2016

« J’invite les paroisses, les associations ecclésiales et chaque fidèle du monde entier à vivre [le 20 septembre 2016] comme une journée de prière pour la paix ». Pour vous unir à l’intention du Pape, nous vous proposons de redécouvrir la prière composée par Soeur Nathalie, op, moniale dominicaine à Taulignan


Méditation :

« Je vous laisse la paix ; je vous donne ma paix ; je ne vous la donne pas comme le monde la donne. » (Jean 14, 27).

Quelle paix Jésus nous donne-t-il ? Il est la Paix (cf Michée 5,4) ; et c’est lui-même qu’il donne en nourriture à la multitude : « Ceci est mon corps, qui va être donné pour vous... Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang, qui va être versé pour vous. » (Luc 22, 19-20).

C’est en sa chair livrée qu’il assume le péché qui nous divise, c’est en son sang qu’il établit l’Alliance nouvelle et éternelle.

Voilà la paix du Christ : Lui seul, Dieu fait homme, pouvait descendre dans le fond le plus ténébreux et le plus divisé de notre humanité pour y porter la paix, Sa Paix. Lui seul pouvait assumer toute la puissance du Mal pour la transfigurer en force de Salut : dans les blessures de son corps livré, nous trouvons notre guérison (cf 1 Pierre 2, 24).

L’Eucharistie, le don total du Christ auquel il nous donne de participer, est par excellence le sacrement de la communion qui transfigure peu à peu chacun de nos actes et fait de toute notre vie un « artisanat de paix » (cf Matthieu 5, 9). Ainsi, l’unification profonde de notre être devient réellement service de la paix et de la communion entre les hommes.
Prière pour la paix le 20 septembre 2016

Il n’est alors pas illusoire d’œuvrer concrètement, selon ses moyens souvent très humbles, à la paix. Il n’est pas naïf d’espérer ! Qui aurait pu prédire des événements tels que la chute du Mur de Berlin ou, tout récemment, la reprise du dialogue entre Cuba et les Etats-Unis ? Rien n’aurait été possible sans la compétence des diplomates, mais celle-ci n’a-t-elle pas été soutenue par la prière et par de tout petits gestes de paix de par le monde ?

Le cheik El Madhi Ben Barka s’adressait ainsi à de jeunes Franciscains, en 1965 : « Afin qu’un dialogue fructueux pour nous tous puisse s’établir un jour dans la confiance, il faut faire à peu près, mais en mieux si possible, ce que vos frères ont fait au Maroc, c’est-à-dire : vivre au milieu de nous en pourvoyant petitement à votre subsistance et cela pendant quelques siècles, accepter de souffrir et de mourir, peut-être de mort violente, jusqu’au jour où nous, qui sommes croyants aussi, nous vous demandions : "Au nom de qui, frères, vivez-vous de la sorte parmi nous ?" »

Cité dans Le Jardinier de Tibhirine, Jean-Marie Lassausse avec Christophe Henning, Montrouge, Bayard, 2010 - pages 24-25

Prions ensemble avec confiance :
- Pour les peuples qui connaissent la guerre, nous Te prions.
- Pour ceux qui oeuvrent sans se lasser à la réconciliation entre les peuples, nous Te prions.
- Pour les états qui cherchent à assurer leur propre sécurité par le repli et l’égoïsme, nous Te prions.
- Pour ceux qui trouvent la paix dans la recherche du salut matériel et spirituel des autres, nous Te prions.
- Pour ceux qui pensent trouver un sens à leur vie en s’engageant dans le djihad et la violence, nous Te prions.
- Pour ceux qui contribuent à établir des liens de confiance dans les familles, dans la société et entre les croyants de différentes religions, nous Te prions.

Rédigé par Sr. Nathalie de la Miséricorde, op

Source : http://www.montesinos.fr
Photo : ob_3a7204_ob-e9f55e-pape-francois-interreligieux.jpg