Quelques textes de Thérèse d’Avila


« J’attends tout de la miséricorde de Dieu. Personne, après l’avoir choisi pour ami, n’a été abandonné de Lui. Selon moi, en effet l’oraison mentale n’est pas autre chose qu’une amitié intime, un entretien fréquent, seul à seul, avec Celui dont nous nous savons aimés » (Vie 8, 5).

« Je regarde le Christ, comme l’Ami véritable » (Relation 3, 1).

« L’avancement de l’âme ne consiste pas à penser beaucoup mais à aimer beaucoup » (Fondations 5, 2).

« Les Demeures correspondent à l’amour avec lequel nous aurons imité la vie de notre bon Jésus » (Fondations 14, 5).

« Le monde est en feu… Ce n’est pas le moment de traiter avec Dieu d’affaires peu importantes » (Chemin 2, 5).

« Tout ce que je vous demande c’est de Le regarder » (Chemin 26, 3).

« Faisons route ensemble, Seigneur, où que tu ailles il me faut aller, où que tu passes il me faut passer » (Chemin 26, 6).

« Voici le temps de recevoir le don que nous fait le Maître plein de bonté, notre Dieu. Il désire notre amitié » (Exclamation 14, 3).

« Espère en Dieu, car je veux encore lui confesser mes péchés et bénir ses miséricordes » (Exclamation 17, 3).

« Il faut n’avoir en vue que le seul honneur et la gloire de Dieu en toutes choses » (Pensées sur l’Amour de Dieu 7, 5).

« Nous sommes appelés à l’oraison et à la contemplation » (Ve Demeures 1, 2).

« Portez vos regards sur le Crucifié et tout vous deviendra facile » (VIIe Demeures 4, 8).

« Dieu seul suffit » (Poésie 9).