Rencontre des jeunes religieux à Rome : "une ouverture à d’autres réalités"

J’ai eu la joie, avec une de mes sœurs, de participer à la session organisée pour les jeunes religieux, du 15 au 19 septembre dernier à Rome.


Notre rencontre a débuté le mardi 15 au soir par une belle et fervente veillée de prière sur la place St Pierre. Dès le lendemain matin nous avions rendez-vous (tôt !) à l’aula Paul VI pour une matinée de conférences sur le thème de l’appel.
Après un temps de pause à l’heure du repas, nous avions à nouveau rendez-vous, par petits groupes de langue cette fois, pour un temps de partage autour de questions qui reprenaient le thème de la journée. Ces temps de rencontre, très riches, nous ont fait toucher combien, malgré la diversité de nos instituts, de nos cultures, nous partagions le même appel et la même joie d’appartenir au Seigneur. Nous retrouvions ensuite les autres groupes de langue française (mais de nationalités très diverses !) pour la messe.
Pendant la soirée différents « chemins » nous étaient proposés dans la ville de Rome : nous avons eu la joie de visiter la chapelle Sixtine, magnifique visite commentée où nous avons pu contempler longtemps cette si belle chapelle.

Jeudi, la matinée a commencé par l’audience avec le Saint-Père… autant vous dire que tout le monde est arrivé bien tôt, et qu’il ne restait aucune place vide dans les rangs ! Le pape a commencé en évoquant nos frères syriens et irakiens, puis trois jeunes religieux lui ont posé des questions (le 1er d’entre eux venait de Syrie), auxquelles il a répondu avec sa simplicité et sa franchise habituelles. En partant il est passé saluer le 1er rang où étaient placés les frères et sœurs invalides, puis il a traversé la salle toute en liesse ! J’ai été très frappée par le climat d’écoute qui régnait dans la salle, nous attendions tous ces paroles d’encouragement et d’exhortation de notre pasteur.
Puis la matinée s’est poursuivie avec d’autres conférences, sur le thème de la fraternité. Les pauses étaient bienvenues pour « digérer » ces enseignements riches et denses ! Le groupe de partage nous a aussi beaucoup aidées : nos modératrices, sœurs ainées pour nous, n’étaient pas avec nous les matinées, nous commencions donc par leur raconter, chacune ayant retenu quelque chose de différent, ou voulant approfondir un point particulier. J’ai vraiment beaucoup apprécié ces temps simples et fraternels, qui nous permettaient de recevoir à nouveau l’enseignement du matin à travers les autres, et de nous enrichir des différences de chacune (nous étions une quinzaine de religieuses, de 8 communautés différentes et de 6 nationalités).
Ce soir-là nous avions choisi la visite de la basilique des martyrs du XXème siècle, suivie d’un temps de prière avec la communauté Sant’Egidio.

Vendredi, les conférences étaient autour du thème de la mission. Nous en avons profité pour faire un tour de table, dans notre groupe de partage, sur les charismes de nos communautés et nos missions : qu’il est beau de voir combien le Christ veut se faire présent et se donner à chaque homme, combien il veut rejoindre chacun là où il est ! Le soir nous avons eu une « veillée festive », de chants et de témoignages sur la place Saint-Pierre.

Samedi, dernier jour, nous avons pu poser nos questions auxquelles le cardinal Jao Braz de Aviz et Mgr Carballo (le cardinal préfet et le secrétaire de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique) répondaient. Ces temps de questions-réponses (nous en avions aussi chaque jour en fin de matinée) m’ont ouvert à d’autres questions, d’autres problématiques que les miennes, celles de ma communauté ou celles de l’église de France. C’était donc passionnant et enrichissant. Nous avons ensuite participé tous ensemble à la messe dans la basilique Saint-Pierre, à la fin de laquelle une quête était faite pour les œuvres de charité du pape (Mgr Carballo nous avait prévenus et exhortés !).

Et pour finir, nous avions rendez-vous le soir près du colisée pour un Chemin de Croix en mémoire des religieux, saints et martyrs du XXème siècle. Il faut croire que les passants n’avaient jamais vu autant de couleurs d’habits différentes, vu le nombre de fois où nous avons étés pris en photos ! Pour conclure, je dirai que ces magnifiques journées ont fait grandir mon amour de l’Eglise, par laquelle Dieu rejoint chaque homme, et ma joie de répondre à son appel, d’être un petit instrument par lequel il veut en rejoindre quelques uns !

Photo : Chemin Neuf - Net for God