Semaines Sociales 2015 : "Religions et cultures : ressources pour imagienr le monde"

Pie tshibanda est intervenu dans la séquence « un autre regard » vendredi 2 octobre à 15h.


Pie Tshibanda : « Un fou noir au pays des blancs »
Une parole autobiographique et humoristique au sujet d’un exil forcé de l’Afrique à la Belgique. Les mots de Pie Tshibanda mettent en évidence le regard que nous portons parfois sur ceux que nous ne connaissons pas, la méfiance que nous inspire la différence.

Psie-thNé à Kolwezi, région du Katanga en 1951 et installé en Belgique depuis 1995, Pie Tshibanda est un psychologue, écrivain et conteur congolais.
La famille de Pie Tshibanda est originaire du Kasaï et fait partie de nombreux Congolais venu au Katanga pour y travailler dans les mines.
Après des études de psychologie à l’université de Kisangani il travaille de 1977 à 1987, en tant que professeur des humanités, conseiller d’orientation scolaire et directeur des études dans divers établissements du Katanga.
De 1987 et 1995, il est psychologue d’entreprise à la Gecamines (société minière) à Lubumbashi.
En 1995 une épuration ethnique à l’encontre des Zaïrois originaires du Kasaï éclate au Katanga. Les Kasaïens qui échappent aux massacres après avoir tout perdu, se trouvent parqués durant des semaines dans des conditions épouvantables dans divers lieux dont la gare de Likasi en attente d’évacuation.
Pie Tshibanda estime devoir dénoncer les massacres dont il a été témoin. Il réalise un film vidéo, publie une bande dessinée et écrit plusieurs articles. Devenu un témoin gênant, Pie est contraint, avec sa famille, de quitter le Congo où il est en danger de mort. Il obtient l’asile politique en Belgique.
D’intellectuel estimé, le voilà passé au statut de réfugié, à 44 ans, il se trouve alors confronté à l’exil et à la solitude, aux problèmes de communications et aux différences culturelles.
Il réalise les difficultés qu’il va avoir pour se faire sa place, faire venir son épouse et ses six enfants et faire reconnaître ses diplômes.
Installé dans un village du Brabant wallon, il reprend des études universitaires à l’université catholique de Louvain (licence en sciences de la famille et sexualité), s’investit dans une « école de devoir », le Court Pouce à Court-Saint-Étienne, et n’hésite pas à forcer la rencontre avec ses voisins.
En 1999 il crée son premier spectacle : Un fou noir au pays des Blancs, au cours duquel il relate son histoire et pose avec humour un regard critique sur la façon stéréotypée dont les Belges considèrent ses compatriotes. Le succès rencontré le conduira en tournée dans toute l’Europe francophone, au Québec, puis en Afrique où son témoignage est également apprécié.
Son second spectacle s’intitule : Je ne suis pas sorcier. Il y compare la modernité occidentale et les traditions africaines avec leurs problèmes respectifs.

Site officiel : http://www.tshibanda.be/