« Témoins d’amitié »

Chronique de Sr Véronique Margron sur RCF


En ces jours, 19 femmes et hommes ont plus spécialement le visage de l’amitié de Dieu pour le monde.

Frère Henri, prof de math puis responsable avec Sr Paul Hélène de la bibliothèque,
Esther et Caridad, espagnoles, infirmières,
Charles, Alain, Christian, Jean, pères blancs,
Angèle Marie et Bibiane, responsables d’un orphelinat,
Odette, mêlée à la population,
Les 7 moines trappistes de Tibhirine et
Pierre Claverie, dominicain, évêque d’Oran.

Tous ont passionnément aimé l’Algérie et son peuple. Tous furent assassinés entre 1988 et 1996. Ils n’étaient pourtant pas faits pour être des héros. Juste des témoins de leur engagement entier au service des gens et de la paix. Chacun à sa façon, par la justesse de sa présence, de ses paroles et de ses gestes a signifié un Dieu qui veut se tenir au milieu du monde.
Ils seront bientôt reconnus bienheureux par l’Église, signe que Dieu est un Dieu désarmé, aux mains nues et au cœur ouvert. Un Dieu de consolation.

À travers eux, se lit l’engagement de millions de femmes et d’hommes, de toutes religions et cultures, pour que le monde reste humain. Risquer sa vie pour emmener ses enfants à l’école ; pour visiter et soutenir plus délaissé que soi, pour soigner, pour apprendre et pour transmettre. Risquer, pour vivre et faire vivre. Ces 19 religieuses et religieux qui ont aimé, avec ténacité, jour après jour, malgré l’angoisse et la peur sont les éclaireurs du peuple, innombrable et de toutes couleurs, de ceux qui vivent en faveur d’autrui.

Tous les 2 février, l’Église catholique célèbre la vie consacrée. À travers les plus de 30. 000 religieux et religieuses de notre pays, se dit la vérité de l’engagement pour une « humanité plurielle » et plus juste. Ils ne sont pas là pour se faire remarquer, pas plus que ne le voulaient les 19 témoins de l’Église en Algérie. Ils sont des femmes et des hommes ordinaires, cabossés.

À travers un art de vivre, initiés par des pionniers - fondateurs et fondatrices des Instituts religieux- Ils désirent seulement dire par leur chair qu’il est heureux – gravement heureux - de faire de l’Évangile du Christ, doux et humble de cœur, son destin et sa force.

Sr Véronique Margron op.
Présidente de la Corref

Ecouter sur RCF :