Vatican : Audience au Supérieurs majeurs italiens (nov. 2014)


Cité du Vatican, 7 novembre 2014 (VIS).

Le Pape a reçu les participants à l’assemblée annuelle des Supérieurs majeurs italiens, désireux de partager avec eux certains aspects de leurs réflexions : "Face au témoignage d’un religieux ou d’une religieuse vivant pleinement leur vie religieuse, les gens se demandent parfois ce qui les a poussé à dépasser l’horizon mondain... Le témoignage évangélique distingue le missionnaire et le religieux, qui suivent le Seigneur dans la vie consacrée... Il aide avant tout l’Eglise à grandir mais non de manière abstraite, sans se préoccuper de convertir... Or le témoignage prophétique, qui coïncide avec la sainteté, n’est jamais idéologique, ni à la mode, mais un signe de contradiction à l’instar de Jésus. La prophétie n’est pas en opposition avec l’institution, elle est institution". Puis il a félicité leur Président pour avoir déclaré ne pas vouloir combattre en arrière garde mais se dépenser parmi les gens pour le Royaume. "Ce n’est pas facile, ni gagné d’avance car la conversion est nécessaire, ainsi que la prière et l’adoration. Il faut également être en accord avec le peuple de Dieu...et ne pas être au centre de l’attention. Le Christ seul est au centre. Quant aux charismes, ils ne doivent pas être conservés comme des reliques mais appliqués décisivement aux réalités... La vie religieuse doit aider l’Eglise et la société en montrant par ses témoignages de fraternité qu’il est possible de vivre ensemble dans la diversité. C’est important, car dans une communauté on ne choisit pas avec qui vivre, mais on tente de vivre avec des personnes diverses comme caractère, âge, formation et sensibilité". Parfois cela ne fonctionne pas très bien, "mais il faut reconnaître s’être trompé, demander pardon à l’autre, le pardonner. Cela fait du bien à l’Eglise et fait circuler en elle la fraternité, qui est positive pour la société toute entière. Cette fraternité implique la paternité de Dieu et la maternité de l’Eglise et de Marie. Il faut donc chaque jour remettre en cause notre relation à autrui, "dans la prière, dans l’Eucharistie, l’adoration et le Rosaire, de manière à rénover notre être en Christ... Ainsi peut-on être en bonne relation avec le Père céleste, la mère Eglise, la sainte Mère Eglise hiérarchique et la Mère Marie. Dans ces relations fondamentales, nous sommes en mesure de bâtir une fraternité authentique, un témoignage qui attire".

Source : www.visnews.org