Vers la rencontre mondiale des jeunes consacrés - L’essentiel

« Réveillez le monde ! » : la consigne du Pape François aux personnes consacrées du monde entier lors de l’ouverture de l’année spéciale qui leur est consacrée, sera le fil conducteur de la rencontre internationale pour les jeunes femmes et les jeunes hommes qui ont choisi la vie religieuse, en programme à Rome du 15 au 19 septembre prochains.


Comme le souligne le sous-titre, « Evangile-prophétie-espérance » sont les trois noyaux autour desquels sera axée la rencontre, promue par la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, pour les personnes qui se trouvent dans la période qui précède immédiatement le noviciat, la période de discernement et d’essai, la période de la profession temporaire et les dix ans précédant l’incorporation perpétuelle ou définie dans les instituts et dans les congrégations. Le but est celui de vivre une expérience de formation, à travers un approfondissement biblique, théologique, charismatique et ecclésiologique des éléments fondamentaux de la vie consacrée. On veut également offrir un espace de partage de chaque réalité, des désirs et des attentes de formation. Sans oublier de célébrer et de témoigner la vitalité de la vocation religieuse.

La rencontre, qui s’inscrit parmi les initiatives pour l’Année de la vie consacrée, prévoit des moments communautaires, qui se tiendront au cours des matinées dans la salle Paul VI. Il s’agit du temps dit de l’écoute. Les après-midis et les soirées, en revanche, se tiendront des rencontres sur la base du groupe linguistique : italien, français, anglais, espagnol et portugais. C’est le moment de restituer, célébrer et témoigner. Le programme prévoit des approfondissements, témoignages, dialogue avec et entre les jeunes garçons et les jeunes filles. Il y aura aussi des rendez-vous ouverts à tous, comme la veillée de prière, mardi 15 septembre, à 20h30 place Saint-Pierre, et la Messe de clôture, samedi 19 septembre, à 11h30, dans la basilique Saint-Pierre.

Source : L’Osservatore Romano