Vocation : Architecte, chef d’entreprise, doctoresse... Et vous rentrez dans les ordres ?


Quoi ? Vous avez un métier, un travail, vous avez "réussi votre vie"… Et vous quitteriez tout pour vous consacrer au Christ, devenir prêtre ou religieuse ?

Je vous dis de ne pas vous inquiéter, vous ne serez ni le premier ni le ou la seul(e) à « quitter » une profession, un bon emploi, "une vie réussie", entre autres choses, pour vous consacrer à Dieu, devenir prêtre ou religieux (se). Savez-vous que, sur dix prêtres, sept avaient un emploi avant d’entrer au séminaire (sans compter les prêtres du petit séminaire) ? Pareil pour les religieuses, dont certaines étaient auparavant architecte ou chef d’entreprise.

Il est normal que le premier sentiment qui vienne à l’esprit soit la peur à l’idée de tout plaquer. Mais en réalité, vous ne laissez rien. Vous gagnez tout ! Il s’agit de vous lancer dans une nouvelle mission, celle de disciple. Les disciples de Jésus, de façon simple et immédiate, nous ont laissé un grand exemple.

Se laisser guider totalement par lui

Leur nouvelle profession de disciple consistait à rester avec le Maître, à se laisser guider totalement par lui. Ainsi, elle comportait deux aspects : le premier est quelque chose d’extérieur, le fait de suivre une nouvelle voie aux côtés du maître, sans hésitation et avec confiance. Le second est intime et intérieur, il s’agit de la nouvelle orientation à donner à son existence. Les sentiments et les pensées ne s’orientent plus vers les affaires ou le confort personnels, mais il s’agit de s’en remettre totalement à l’autre, et pour les autres.

Être disponible pour le Maître était devenu pour eux une raison de vivre. Cela signifiait répondre concrètement à l’invitation de Jésus au jeune homme riche dans Matthieu, et à des milliers d’autres hommes et de femmes qui ont tout quitté, chose que nous pouvons vérifier tous les jours.
Je vais vous citer un exemple d’une merveilleuse expérience du “tout quitter” : une jeune femme, chef d’entreprise, qui a choisi la nouvelle profession de « disciple » proposée par le Maître. Une simple religieuse, diplômée en théologie et actuellement en train de terminer un autre diplôme en droit canonique. Elle exerce sa profession à travers le monde au sein de sa congrégation.

Qui ne rêverait d’une vie pareille ?

Vous avez une profession, un emploi, une vie "réussie" et vous êtes effrayé à l’idée de tout quitter pour vous consacrer au Christ comme prêtre ou religieuse ? « Entendant cela, Jésus lui dit : ’Une chose encore te fait défaut : tout ce que tu as, vends-le et distribue-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux ; puis viens, suis-moi ’. Mais lui, entendant cela, devint tout triste, car il était fort riche » (Lc 18, 22-23). Si je commence cette réflexion par ce passage biblique, c’est qu’il reflète une grande partie de ce qu’on vit quand on entend l’appel de Dieu, ou du moins l’angoisse de voir en quoi consiste la « vocation » à la prêtrise ou à la vie consacrée.

Au début, on pense, "moi prêtre ou religieux (se) ? Mais j’ai déjà suivi un chemin, j’ai choisi cette carrière et elle me plaît”. Le fait d’avoir déjà suivi cette voie confère un certain statut au sein de la société. Il y a quelque chose qui vous distingue des « autres ». Et que dire quand vous avez déjà un emploi, fantastique ! Vous touchez déjà un salaire, vous êtes indépendant, vous êtes jeune et avez devant vous d’incroyables perspectives de carrière. Bref vous êtes au top de votre existence. Vous avez les moyens, et vous pouvez faire ce qui vous plaît : acheter des vêtements, sortir avec des amis, vous divertir… En famille, on reconnaît vos efforts et combien la vie vous sourit.

Maintenant, c’est vrai, vous donnez tout le fruit de ce qu’on a investi en vous ; dans le travail, vous êtes promis à un bel avenir. Au fil du temps, vous êtes reconnu, votre salaire augmente. Parfait ! Vous pouvez acheter votre première voiture... Qui ne rêverait d’une vie pareille ? Pas à dédaigner, n’est-ce pas ? Mais que se passe-t-il quand quelqu’un vient vous parler de “vocation” à la vie sacerdotale ou consacrée ? Avec le tableau précédent, la réponse fuse : "Je ne suis pas fou (folle) ! Le chemin que j’ai pris me convient, j’ai déjà construit une partie de ma vie, j’ai la "sécurité"… Je vais perdre ce que j’ai gagné." Cependant, aussi incroyable que cela puisse paraître, vous gagnerez plus, le Seigneur qui est sage et riche en miséricorde, vous donnera plus.

Lire la suite sur : Aleteia.org