Voeux de Sr Véronique Margron, op, Présidente de la CORREF

Je vous souhaite, de tout cœur, un Noël de bonté et d’espérance.
Et que l’an neuf vous soit favorable, autant que vous l’espérez.


Par une nuit commune, une semblable nuit,
un Sauveur nous est né.
Il y avait cette nuit-là grand vacarme sur la terre.
Nul silence recueilli pour accueillir l’Emmanuel.
Bruits et fureurs, tracas et pleurs,
la mélopée de la misère.
Par une nuit commune, une semblable nuit,
un Sauveur nous est né.
Jean Yves Quellec

Demeurer dans sa maison. Combien de millions d’enfants de femmes et d’hommes, en cette nuit de Noël, vont implorer de pouvoir habiter un foyer. Car Noël c’est cela tout d’abord : Une maison où l’humain grandit et est chez lui. En cette nuit, le petit d’homme qu’est l’enfant Dieu semble ne pas rencontrer de maison justement. Pas de place, déjà, pour qui n’a rien à vendre ni ne peut réclamer son dû. Alors qu’il vient chez nous, personne ne sera là pour accueillir le Christ, sinon quelques bergers, ces marginaux de la société d’alors. Mais réjouissons-nous pourtant. Car c’est en nos existences que l’Enfant plante sa tente ; c’est avec elles qu’il fait sa demeure. Il tisse sa vie à la nôtre, comme une robe sans couture. Celle-là même que des soldats romains tireront au sort un vendredi désolé de l’histoire. Dans les langes du nouveau-né, déjà la croix se dessine. Celle du don sans mesure et du pur amour. Alors ouvrons nos vies, telles qu’elles sont. Elles sont sa vraie demeure.

Je vous souhaite, de tout cœur, un Noël de bonté et d’espérance.
Et que l’an neuf vous soit favorable, autant que vous l’espérez.

Sr Véronique Margron op.
Présidente