Associés avec les Filles de la charité du sacré cœur de Jésus


Notre groupe d’associés est constitué depuis 1994 autour d’une petite communauté de religieuses appartenant à la congrégation des « filles de la charité du sacré cœur de Jésus », qui portaient un projet initial d’évangélisation fondé sur l’adoration et l’accueil en lien avec des laïcs à Marseille.

La parole qui sert de référence à la constitution du projet est celle de Zachée en Luc 19/1à10, tandis que celle de l’épitre aux Romains 12/1à13 fonde la relation entre associés et religieuses : cette parole réfléchie et méditée lors de nos rencontres nous a permis d’établir des liens avec la règle de vie et les écrits des fondateurs de la congrégation.

Notre engagement en tant qu’associés a ceci de particulier qu’il a pris naissance dans un accompagnement personnalisé, nourri d’adoration et de prière communautaire. Il fait suite à un chemin de relèvement spirituel, de restauration profonde ou de retour à l’église en écho à la parole du Christ « Zachée descend vite, aujourd’hui il me faut demeurer chez toi ».

A ce jour 36 personnes sont associées à la congrégation pour soutenir ce projet qui consiste à incarner l’Amour dans la proximité et la compassion là où nous en sommes, avec ce que nous sommes et à la manière dont Dieu nous appelle.

Cet engagement peut se vivre dans une grande proximité avec la communauté religieuse par un soutien à la vie quotidienne ou une participation active à l’accueil et la prière communautaire ; il peut aussi se vivre sur un plan familial, professionnel, social ou ecclésial tout en participant à des rencontres régulières centrées sur le partage de la parole de Dieu, la prière et l’Eucharistie.

Quelle interrogation portons- nous et comment notre expérience nous permet-elle d’y répondre ?

Aujourd’hui notre interrogation porte sur la capacité de L’Eglise et des instituts religieux à accueillir la différence pour qu’elle soit vécue comme une richesse sans être à l’origine de conflits. Sommes nous capables d’inventer ensemble comme le dit Mgr DEROUBAIX « une église ouverte, une église en marche, où l’audace de faire du neuf sera plus forte que l’habitude de faire comme avant, une église où l’Esprit-Saint pourra s’inviter parce que tout n’aura pas été prévu, réglé, décidé d’avance. Une église où on ne dira pas « voyez comme ils sont organisés mais voyez comme ils s’aiment » ?

Notre expérience nous permet de constater que la tentation est grande de la part des instituts de vouloir faire rentrer ces « nouvelles pousses » dans des cadres ou des schémas préétablis au risque de les étouffer et de la part des laïcs de dénoncer voir condamner cette tendance. Seuls l’écoute sans condition et l’accueil sans jugement peuvent nous guider sur un chemin de dialogue et d’unité capable de déboucher sur « une Eglise où il fait bon vivre, où l’on peut respirer et dire ce que l’on pense. »

Familles Spirituelles 2013