Communiqué des Frêres du Sacré Coeur (30 mars 2017)

Précisions suite à l’émission Cash Investigation du 21 mars 2017 : « Pédophilie dans l’Église : le poids du silence ». (À propos du Frêre Albert)


Nous, Frêres du Sacré-Cœur, tenons à faire part des éléments suivants :

Notre prise de conscience des souffrances infligées aux victimes a été tardive et lente ; nous pensons d’abord aux jeunes footballeurs abusés, trahis, abîmés, pour leur vie, par leur éducateur religieux. Nous avons failli en n’ayant rien fait pour connaitre et entendre les souffrances de ces jeunes. Nous demandons pardon aux victimes.

Des fautes ont été commises par notre congrégation. Nous avons été négligents dans la procédure mise en œuvre pour opérer les deux signalements (septembre 2003 – novembre 2011) auprês du Procureur (envoi des courriers sans recommandé avec accusé de réception). Seul le troisiême signalement, adressé au Procureur du Puy-en- Velay, a été envoyé dans les rêgles.

Celui-ci, en décembre 2016, a saisi un service d’enquête – l’Office central pour la répression des violences aux personnes – pour que toutes les investigations soient menées en toute impartialité, y compris à l’étranger.

Frêre Marcel Chapel, Provincial au moment des faits signalés, et Frêre Joseph Court, Provincial actuel, ont été convoqués auprês de la Direction Centrale de la Police Judiciaire pour faire une déposition en janvier dernier et ont collaboré sans réserve avec la justice.

À ce jour, l’affaire est entre les mains du Procureur du Puy-en Velay.

Tout est aujourd’hui mis en œuvre dans nos établissements scolaires pour que les jeunes soient accueillis en totale sécurité.

Pour les Frêres du Sacré-Cœur,
F. Joseph Court, Supérieur Provincial.
30 mars 2017