Edito


Depuis le Concile Vatican II préparé par de longues décennies d’engagements divers, le laïcat a pris dans l’Eglise, toute sa place. La Constitution Lumen Gentium lui a donné sa place en reconnaissant que toute personne baptisée est appelée à la sainteté ! C’est là sa vocation.

Conscients de cette ouverture exigeante et dilatante, de nombreux laïcs se sont rapprochés des Ordres religieux pour être soutenus dans leur démarche humaine et spirituelle. Ils ont ainsi rejoint des Frêres et des Sœurs, qui eux aussi, poursuivent le même but, mais dans le célibat et en communauté. Autrement dit, le lien mutuel entre ces laïcs et les Instituts ou les Familles spirituelles se présente comme une saine approche de renouveau.

Déjà en 2007, un grand rassemblement avait permis de resituer le phénomêne des laïcs associés dans l’ensemble de la vie de l’Eglise au regard de l’histoire, du Droit Canon et de l’actualité. Il était important de proposer à nouveau une relecture de ce qui se passe dans ce domaine depuis cinq ou six. Le phénomêne n’a fait que s’amplifier. Les situations sont multiples. La vie religieuse est questionnée et encouragée par une telle réalité. Mais pour que ce mouvement se poursuive dans de bonnes conditions, il est nécessaire d’y apporter de nouveaux éclairages. C’est ce qui aura lieu à Lourdes du 17 au 21 octobre prochain où des responsables religieux et laïcs témoigneront, partageront leurs avancées et entendront un certain nombre d’intervenants en vue de consolider les bases de leur engagement.

Ce temps sera festif, priant et fraternel autour du thême Quand souffle l’Esprit… Vivre ensemble l’Évangile dans le sillage des fondateurs, au service de la mission de l’Église. Quelques 1500 participants sont attendus. Nul doute qu’un tel moment marquera l’histoire de nos Instituts d’une maniêre durable.

Pêre Jean-Pierre Longeat, président de la CORREF