Plus de 3.000 victimes d’agressions sexuelles dans l’Eglise depuis les années 50

La CIASE, la commission d’enquête indépendante sur les abus sexuels dans l’église a fait hier un point d’étape de son travail initié par les évêques de France en 2018.


Jean-Marc Sauvé, le président de la Ciase, a présenté les chiffres de l’enquête qui a commencé il y a un an le 2 juin 2019. A ce jour, plus de 3.000 victimes d’agressions sexuelles commises par plus de 1.500 prêtres ou religieux ont été recensées pour la période qui va des années 1950 à aujourd’hui. "France Victime", la plateforme téléphonique qui enregistre les signalements a reçu 5.300 appels. Dans le même temps 1.500 victimes ont répondu à un questionnaire très précis sur ce qui leur est arrivé et les conséquences de ces agressions. La Ciase a aussi reçu les archives de 110 diocèses et de 400 congrégations ou communautés religieuses.

UNE ÉNORME MASSE DE DONNÉES À TRAITER
Cela représente beaucoup de sources qu’il est difficile de mettre en cohérence explique Jean-Marc Sauvé : "Nous avons des témoignages pour lesquels on n’a pas d’archives correspondantes. On a des archives qui rendent compte d’abus commis par des prêtres mais du côté de "France Victime" nous n’avons aucune donnée. Il faut qu’on arrive à combiner toutes les sources d’information que nous avons pour tenter d’établir le nombre de victimes et d’auteurs.". Les chiffres seront donc affinés dans les prochains mois.

UNE RÉALITÉ PARTICULIÈRE, LES AGRESSIONS D’ADULTES VULNÉRABLES
L’enquête de la Ciase montre que 12 à 13% des agressions concernent des personnes majeures au moment des faits. Des adultes vulnérables dont un tiers sont des séminaristes ou des religieux en formation. Pour Jean-Marc Sauvé : "Ce qui a pu jouer c’est le prétexte de l’accompagnement spirituel. Et le prétexte de l’approfondissement de la vocation dans un contexte de grande confiance et parfois même de dépendance. Et puis il y a eu quelque chose de spécialement pervers une lecture dévoyée des enseignements de l’Eglise de l’Ecriture ou de certaines mystiques pour justifier des comportements de prédation."

LE TRAVAIL DE LA CIASE CONTINUE
La commission prolonge son appel à témoignage jusqu’au 31 octobre 2020 parce que la période de confinement a très nettement ralenti le travail. La ciase va aussi reprendre le tour de France des capitales régionales pour ses enquêtes locales avec bientôt Rouen, Lyon, Dijon, Marseille, Bastia et Ajaccio. La ciase présentera son bilan et ses préconisations fin septembre-début octobre 2021.

Emprise et abus