Fidêle à l’avenir à l’écoute du cardinal Congar


A partir de la pensée d’Yves-Marie Congar, père du Concile Vatican II, frère Emile mène une réflexion sur l’Eglise et ses ressources pour penser l’avenir.

La fidélité au passé ? Nous croyons savoir ce dont il s’agit. Mais qu’en est-il de l’appel à être fidèle à l’avenir ? Les chrétiens sont-ils toujours conscients de leur responsabilité à cet égard ? Yves Congar (1904-1995), l’un des théologiens les plus importants du XXe siècle, s’est toujours montré attentif à cet appel. Son sens de l’avenir, sa conviction qu’il se passe réellement quelque chose dans l’histoire, l’ont conduit, en véritable sourcier, à remettre en valeur des pans oubliés de la tradition chrétienne, notamment ceux qui valorisent la personne. Homme profondément enraciné, d’une vaste culture historique, il savait que la tradition n’est pas répétition, mais inventivité et créativité. L’urgence des réformes qu’appelle un monde en mutation caractérise nombre de ses écrits ainsi qu’un sens aigu de la catholicité, c’est-à-dire le sens d’une Église qui n’est pas sectaire, mais qui vit et pense « selon le tout ». Lorsqu’il réfléchit à l’autorité et à son exercice, Yves Congar ne pense pas à un pouvoir bridant les libertés. Tout attaché à retrouver le spécifique chrétien, il décrit une réalité qui est au service de la croissance où l’attention à l’inconnu, à l’imprévisible joue un rôle de premier plan.

 
Auteur : Frère Emile, de Taizé

Editeur : Presses de Taizé, Taizé-Communauté (Saône-et-Loire)

238 pages
14,25 euros
Parution : mai 2011