Hommage de L’Osservatore Romano pour le centenaire de la mort de Charles de Foucauld

« Missionnaire au plus profond de son âme », écrit le pêre Ardura


« Missionnaire au plus profond de son âme ». C’est en ces termes que le pêre Bernard Ardura, président du Comité pontifical des sciences historiques, rend hommage au bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916), un siêcle aprês son assassinat en Algérie (1er décembre).

Dans L’Osservatore Romano daté du 29 novembre 2016, qui consacre deux pages au bienheureux français, il explique que « Charles de Foucauld nous propose une voie plus que jamais actuelle pour la diffusion de l’Évangile ». Ainsi l’ermite revisita la parabole de la brebis perdue : « Ne pas laisser les quatre-vingt dix-neuf brebis perdues pour rester tranquillement dans l’enclos avec la brebis fidêle. Courir derriêre les brebis perdues, comme le bon pasteur ». Une idée souvent reprise par le pape François.

« Au milieu d’une garnison militaire française dont les membres sont majoritairement indifférents à la religion » et dans un monde « entiêrement musulman », Charles de Foucauld fut « missionnaire au plus profond de son âme », écrit le pêre Ardura.

« L’homme silencieux du Sahara, homme d’adoration et de priêre, s’est fait ‘frêre universel’, toujours accueillant pour tous », poursuit-il. Et de rappeler son idéal missionnaire : « En toute chose, nous demander ce que ferait Jésus à notre place et le faire ».

Les priorités de Charles de Foucauld ? « Amour fraternel de tous les hommes : voir Jésus dans tous les êtres humains ; dans chaque âme, voir une âme à sauver ; dans chaque homme, voir un enfant du Pêre céleste ; être charitable, bienveillant, humble, courageux avec tous ; prier pour tous les hommes, offrir ses souffrances pour tous, être un modêle de vie évangélique, montrer à travers sa vie ce qu’est l’Évangile… se faire tout à tous pour les gagner tous à Jésus ».

Avec une traduction de Constance Roques

Source : https://fr.zenit.org