Identité et mission du religieux dans l’Eglise

Cité du Vatican, 14 décembre 2015 (VIS). La Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique a présenté ce matin en Salle de Presse le document intitulé Identité et mission du religieux dans l’Eglise, ainsi que les manifestations conclusives de l’Année de la vie consacrée. Ont participé à cette conférence le Cardinal João Braz de Aviz, Préfet de la Congrégation, et Mgr.José Rodríguez Carballo, OFM, Secrétaire du même dicastêre.


Le document, a expliqué le Cardinal Braz de Aviz, entend "souligner la grande richesse et l’actualité de la vocation des frêres, et son contenu est três valable et innovateur à la lumiêre du concile Vatican II. La vocation du frêre religieux est, en premier lieu, la vocation chrétienne...et le trait de la personne du Christ que le religieux frêre souligne spécialement par sa forme de vie, n’est autre que celui de la fraternité...qui reflête le visage du Christ-frêre, sensible, bon, proche des gens, accueillant, généreux et serviteur’’. L’identité et la mission du frêre religieux, comme l’indique le texte, se résument dans la fraternité entendue comme don que le frêre reçoit de Dieu Trinité, communion de personnes ; don qu’il partage avec ses frêres dans la vie fraternelle de la communauté et don qu’il offre au monde pour la construction d’un monde de fils de Dieu et de frêres. Il a ensuite illustré le thême de la fraternité comme don que le frêre religieux reçoit de Dieu un et trine. ’’Le frêre religieux arrive à être ainsi parce que l’Esprit lui fait connaître Dieu qui se révêle en Jésus comme un pêre plein d’amour, de tendresse et de miséricorde. Avec Jésus, il se sent un fils aimé et, avec lui, il s’offre pour être dans sa vie tout pour le Pêre et tout pour ses fils et filles de ce monde. L’identité du religieux frêre est caractérisée par l’exigence de la fraternité comme confession de la Trinité ; une fraternité ouverte à tous, spécialement aux plus petits, aux humbles, aux opprimés, à ceux qui ne sont pas aimés, en définitive aux plus pauvres pour se convertir en fraternité universelle’’. Cette fraternité est un don que le frêre religieux partage avec ses frêres dans la vie de la communauté. ’’Qui dit vie fraternelle en communauté, revient à dire relations harmonieuses entre frêres, connaissance réciproque, acceptation...soutien mutuel...partage de talents..., oubli de soi, pardon, ...collaboration dans la mission ecclésiale, ouverture aux besoins de l’Eglise, du monde, et surtout des plus nécessiteux... Tout cela est três beau mais ne vient pas spontanément... L’aliment qui soutient la communauté est le don de la fraternité que reçoivent les frêres religieux. Le frêre a besoin d’appuyer ses relations fraternelles en développant sa dimension spirituelle, mystique et théologale’’.

La fraternité est, enfin, un don que le frêre religieux offre au monde et qui se transforme en mission. Ainsi, ’’les frêres réalisent leur mission de contribuer à la construction du Royaume de fraternité par la priêre incessante, le témoignage de vie fraternelle et le dévouement communautaire au service de l’Eglise et du monde... La fraternité des frêres religieux n’est pas autoréférentielle ou fermée sur elle-même ; c’est une fraternité ?. en parfaite syntonie... avec une Eglise en exode, en sortie vers les périphéries de ce monde, appelée à créer des ponts, ouverte à tous les frêres d’aujourd’hui de toute race, culture ou credo’’. L’amour fraternel se concrétise dans l’Eglise et dans la vie des frêres religieux dans de nombreux services qui constituent de véritables ministêres, de l’éducation à l’attention aux malades et aux prisonniers, en passant par l’accueil des réfugiés et la catéchêse, etc. ’’De cette façon -a conclu le Préfet- le religieux frêre indique la présence de Dieu dans les réalités séculaires comme la culture, la science, la santé, le monde du travail, le soin des plus faibles et des défavorisés. Et il indique en même temps qu’il faut sauver l’être humain, homme et femme, tout entier, corps, âme et esprit, du moment que tout ce qui concerne la personne humaine fait partie du plan salvifique de Dieu’’.

Dans son intervention, Mgr.Rodríguez Carballo a exprimé un double remerciement au Pape émérite Benoît XVI qui en 2008 fut le premier à encourager la rédaction du document présenté aujourd’hui, et au Pape François qui a pris connaissance de l’ébauche du document alors qu’il était Cardinal Archevêque de Buenos Aires, et a encouragé devenu Pape en 2013, à le reprendre, le perfectionner et le publier. La conférence s’est conclue avec l’annonce des activités de clôture de l’Année de la vie consacrée. Du 28 janvier au 2 février 2016, aura lieu à Rome, une rencontre internationale de toutes les formes de la vie consacrée intitulée : Vie consacrée en communion, pour laquelle est prévue la participation de 6.000 consacrés et consacrées du monde entier, et qui se conclura par une messe célébrée par le Saint-Pêre en la basilique vaticane.