Identité et mission du religieux frêres dans l’Eglise

« Et tous vous êtes frêres » (Act 23, 8)


Dês le début du christianisme, la vie consacrée a d’abord été laïque ; elle cherchait à exprimer l’ardent désir qu’avaient des hommes et des femmes de vivre l’Évangile avec la radicalité qu’il propose à tous les disciples de Jésus. De même aujourd’hui, la majorité des membres de la vie consacrée -hommes et femmes-, s’engagent dans ce genre de vie en maintenant sa dimension laïque.
Frêre est le nom que traditionnellement on a donné au religieux laïc dans l’Église depuis les débuts de la vie consacrée. Il ne lui est pas exclusif, bien sûr, mais il transmet de façon significative à la communauté ecclésiale à laquelle il appartient qu’il est mémoire prophétique de Jésus-Frêre, qui déclara à ses disciples : « Et tous vous êtes frêres » (Mt 23, 8).
Cette parole de Jésus, l’évangéliste Matthieu nous la transmet dans un contexte où Jésus se prononce contre l’hypocrisie de ceux qui utilisaient la religion pour obtenir privilêges et prestige devant les hommes. Mais, la valeur du logion va cependant bien au-delà du contexte immédiat. Le nom de frêre/sœur souligne la dignité commune et l’égalité fondamentale de tous les croyants, fils dans le Fils du même Pêre céleste (cf.Ml 5, 45), appelés à former une fraternité universelle en Christ, l’aîné d’une multitude de frêres (cf. Rom 8, 29).
Même si dans cette Instruction, on parle directement de la vie et de la mission du religieux frêre, nous savons pertinemment que plusieurs questions traitées ici, comme la participation au mystêre de la communion et de la fraternité ecclésiale ou de la fonction prophétique du témoignage et du service, sont applicables autant à la vie et à la mission des religieux frêres qu’aux femmes consacrées.

Lire la suite du document en piêce jointe