Livres : "La vérité nous rendra libres" et "Passons sur l’autre rive"

Deux livres ce mois-ci à découvrir qui sont d’actualité à plusieurs égards :
Dans la crise des abus sexuels qui secoue l’Église, la parole des femmes doit être entendue. Une personne victime, une religieuse et une théologienne unissent ici leurs voix pour exprimer la même idée. Tandis qu’un évêque franciscain nous interroge sur le sens de la vie religieuse qui est aujourd’hui fortement questionnée, bousculée par une société sécularisée et déchristianisée. Est-ce à dire qu’elle n’a plus rien à dire, qu’elle ne peut plus attirer et faire sens pour des jeunes de notre temps ?


Le cléricalisme, cette culture qui survalorise le clergé et le protège au détriment des personnes vulnérables, est au cœur du problème. Il étouffe des vérités telles que la souffrance des victimes et l’humanité faillible des prêtres. Il sème aussi l’ambiguïté jusque dans la théologie, trop souvent instrumentalisée par les abuseurs. Il limite enfin l’apport d’une approche féminine des enjeux ecclésiaux.
À partir de son ancrage propre, chacune des auteures démasque les traits précis du cléricalisme et identifie les changements concrets nécessaires pour y remédier. Car toutes les dimensions de la vérité sont nécessaires pour que l’Église soit pour toutes et tous, comme l’a voulu le Christ, un lieu d’épanouissement et de liberté profonde.
Les auteures :

KARLIJN DEMASURE, théologienne, a été directrice du Centre de protection de l’enfance de l’Université grégorienne à Rome. Elle dirige aujourd’hui le Centre de protection des mineurs et des personnes vulnérables créé par l’Université Saint-Paul à Ottawa.
ANNE DESCOUR est religieuse, Supérieure provinciale des religieuses de l’Assomption et psychothérapeute. Dans sa pratique professionnelle, elle accompagne notamment des personnes ayant vécu des abus. Elle est actuellement provinciale de sa communauté en France.
VÉRONIQUE GARNIER, mariée et mère de famille, a subi l’abus sexuel par un prêtre à l’adolescence. Elle est aujourd’hui coresponsable du service de protection des mineurs et des personnes vulnérables du diocèse d’Orléans.
Aux éditions Mediaspaul , 26 mai 2022



La vie religieuse se perfectionne de crise en crise et de conversion en conversion. Parfois des intuitions nouvelles naissent, se voulant des phares mais n’étant que symptômes de réaction et d’opportunisme volontariste, croyant sauver la vie religieuse mais risquant d’enterrer l’Évangile. Ainsi, notre temps demande à sortir d’un regard lié à la colère, à la fatigue et à la peur pour vibrer et vivre avec joie la vocation et la mission. Entre confort et effort deux visions de la vie religieuse se dessinent d’une manière dangereuse et caricaturale. Retrouver le sens d’un coeur à coeur, parce que les religieux savent que la vie fraternelle est leur écosystème durable. C’est de ce point que l’on peut passer sur l’autre rive, comme Jésus l’a souvent dit à ses disciples. Pour écouter sa voix qui pousse à une mobilité charismatique audacieuse.
L’auteur :
François Bustillo est Franciscain Conventuel, il a été supérieur provincial des frères de France et Belgique et vicaire épiscopal dans le diocèse de Carcassonne-Narbonne. À Lourdes, il a été supérieur du couvent et membre du conseil épiscopal du diocèse de Tarbes-Lourdes. Depuis juin 2021 il est évêque d’Ajaccio.
Aux éditions Nouvelle Cité, mai 2022