Mgr Papin : "Au terme du rassemblement des familles spirituelles Lourdes" – 20 octobre 2013


APPELS ET ENVOI

Mon sentiment, au terme de ces 48 heures à Lourdes, est que nous avons vécu un événement ecclésial de premiêre importance. Un événement qui constitue une étape pour l’accueil en Eglise d’une réalité multiforme suscitée par l’Esprit à partir de cette autre réalité également multiforme que sont les instituts religieux.
Dans un contexte qui porte trop souvent à la résignation et à la déprime, ce que vous vivez et représentez témoigne de la fécondité, pour une part inattendue, de la vie religieuse. L’Esprit souffle où il veut et comme il veut. Dire cela ne nous conduit pas à occulter les difficultés, mais c’est poser un acte de foi fondé en l’Esprit Saint qui suscite sans cesse du nouveau pour la mission. Notre espérance s’en trouve affermie.

Tout dans l’Eglise est ordonné à l’annonce de l’Evangile. Paul VI l’a affirmé avec force dans son exhortation sur l’Evangélisation. Or, l’Eglise n’accomplira bien sa mission que si ses membres progressent en sainteté. C’est cela qui se réalise aujourd’hui de bien des maniêres, et notamment dans la vie et le développement des familles spirituelle. Croissance en sainteté et nouvelle ardeur missionnaire vont de pair.

Avoir conscience de cela me paraît de la plus grande importance aujourd’hui. Notre Eglise vit une mutation inédite et nous parlons de nouvelle évangélisation. Il n’y aura à terme ni renouveau ecclésial ni nouvelle évangélisation s’il n’y a pas un fort ancrage dans le Christ et son Evangile. C’est à cela que contribuent pour leur part les familles spirituelles.

Au terme de notre rassemblement, je formule quatre appels :

- Â Un appel à poursuivre le chemin spirituel et apostolique sur lequel vous êtes engagés. Je n’en dis pas davantage car cela vous a été dit par le Pêre Jean-Pierre Longeat et sœur Joëlle Ferry dans leurs propos conclusifs, ainsi que par Mgr Pontier dans son homélie.

- Â Un appel pour nous, évêques, à prendre la mesure dans chacun de nos diocêses de ce que vous représentez et vivez. Non pour nous en emparer, mais pour encourager et faire qu’au-delà du bénéfice personnel que chacun de vous et chaque institut peuvent en tirer, ce soit une contribution plus manifeste et plus féconde à la sainteté et à la mission de l’Eglise diocésaine. Car l’Eglise en un lieu donné, c’est l’Eglise diocésaine.

- Â Un appel à chacune de vos familles : ne craignez pas de vous faire connaître à vos évêques, pas seulement à titre individuel, mais en tant que familles spirituelles présentes dans l’Eglise diocésaine. Nous n’avons qu’une faible perception de ce que vous êtes.

- Â Un appel qui s’adresse autant à vous qu’à nous, évêques : c’est appel à susciter la rencontre entre familles spirituelles présentes dans un même diocêse. Cela pourrait donner plus de consistance et d’effectivité à ce que vous vivez, pour le bien de tous.

Je conclurai en citant le refrain du chant composé spécialement pour notre rassemblement :

« Â Une même foi nous anime aujourd’hui,
Un même amour nous envoie aujourd’hui…
Que ton Esprit, Seigneur, guide à jamais nos pas. »

+ Jean-Louis PAPIN,

Evêque de Nancy et Toul,
Président de la Commission épiscopale pour la vie consacrée

Retrouver le PDF de cette intervention sur le site de la Corref

Familles spirituelles