Quelle mission pour l’Église sur le continent numérique ? Frère Jean Alexandre, carme


L’Ordre du Carmel remonte au XIII° siècle. Comment est-il présent sur le Web ? Explications du frère Fr. Jean-Alexandre, du Couvent des Carmes de Paris, lors de la dernière rencontre des Tisserands.


L’Ordre du Carmel remonte au XIII° siècle et compte de nombreux saints : Ste Thérèse d’Avila, St Jean de la Croix, Ste Thérèse de Lisieux, Edith Stein (Ste Thérèse Bénédicte de la Croix), Elisabeth de la Trinité... Outre des congrégations féminines qui s’y rattachent, l’Ordre du Carmel se décline en trois branches : les Carmélites, les Carmes et les laïcs. Sa spiritualité est marquée par le désir de l’union à Dieu, vécu d’abord dans l’oraison (la prière silencieuse) et la vie fraternelle. Les frères Carmes ont pour mission apostolique d’accompagner la vie spirituelle des chercheurs de Dieu sous différentes formes : accompagnement individuel ou de groupes, prédication de retraites, enseignement, formation à la prière, activités jeunes.

Mais comment cette mission se traduit-elle concrètement sur Internet ?
Nous avons assez vite saisi les enjeux apostoliques d’Internet au début du Web 1.0, et avons mis en place dès 1999 une équipe de travail avec des carmélites et des laïcs pour lancer le site Web du Carmel en France (www.carmel.asso.fr) qui a été l’un des tous premiers sites catholiques. Ses trois fonctions principales : présentation des textes et de la spiritualité des saints du Carmel ; adresses et contacts des communautés ; homélies et intentions de prière.
Ce site est arrivé à une moyenne de 1000 visites quotidiennes. Avec le développement du Web, les communautés carmélitaines ont créé leurs propres sites et l’équipe s’est amenuisée. Le site du Carmel est donc resté sur un mode assez 1.0 avant de bénéficier d’une refonte en 2012. Il reste le site de référence pour toute recherche d’informations sur le Carmel.

En 2011, à l’occasion de la refondation de notre Couvent de Paris, nous avons voulu entrer davantage dans le Web 2.0 (sans engager toutes les branches de la famille du Carmel, qui n’étaient pas disponibles). Nous avons donc créé notre propre site Web, le site des Carmes de la Province de Paris, www.carmes-paris.org. Il est conçu à mi-chemin entre un site et un blog avec des actualités carmélitaines. Il a intégré progressivement les médias sociaux : newsletter mensuelle Carm’info, Facebook, Twitter, Flickr, DailyMotion. Outre des animations ciblées (neuvaine à ND du Mont Carmel sur Facebook ou mois du rosaire), notre apostolat principal a commencé par le lancement de retraites en ligne pour l’Avent et le Carême. La formule semble avoir trouvé sa place, d’après les évaluations successives des retraites depuis l’Avent 2011. Nous en sommes maintenant à la sixème retraite « Pratiquer la petite voie de Ste Thérèse de l’Enfant Jésus » pour le Carême 2014. Plus de 7000 personnes y sont inscrites.

Quelles sont les raisons de notre présence sur le Web ?
Il y a trois raisons à cela, un argument ecclésiologique, un argument charismatique et un argument spirituel. Nous savions que les Dominicains et les Jésuites en proposaient et certains se sont demandés pourquoi faire de même. La prise de conscience qu’Internet est devenu un espace nous a donné la réponse : l’Eglise doit être présente sur le continent numérique dans sa diversité, de même qu’elle l’est « in real life », dans la vie réelle. Nous ne devons pas raisonner en termes de marché ou de concurrence, mais d’organisme et de complémentarité (1Co 12-13). La spiritualité du Carmel accompagne des millions de personnes depuis des siècles : il est légitime que cela continue !

Du point de vue de notre charisme, les saints du Carmel ont réussi à transmettre quelque chose de leur expérience spirituelle à travers le langage de leur temps. Ils ont écrit : cela a donné des chefs d’œuvre de la littérature spirituelle (le Château intérieur de Thérèse d’Avila, le Cantique Spirituel de Jean de la Croix, Histoire d’une âme de Thérèse de Lisieux). Pour être fidèles à notre charisme, nous devons à notre tour transmettre cette sagesse spirituelle dans le langage contemporain. C’est même un impératif ; je prolongerais saint Paul : « malheur à moi si je n’annonce pas l’Evangile et la manière dont on peut le vivre à l’école du Carmel ». Des frères ont par exemple fait ce travail d’inculturation au début du XX° siècle en faisant dialoguer la mystique avec la psychologie ; nous devons faire de même avec la culture contemporaine de la communication et du numérique. Notre présence sur Internet n’est donc pas accidentelle mais est charismatique. Celui qui fait oraison, qui prie selon l’enseignement de sainte Thérèse d’Avila, devient ami de Jésus et ne peut pas ne pas parler de la manière de vivre avec cet Ami unique qu’est le Christ.

Enfin, la quête contemporaine de spiritualité est pour nous un signe des temps qui redouble cet appel intérieur à transmettre la sagesse carmélitaine. Des aventuriers de l’intériorité reconnus comme Docteurs de l’Eglise ont déjà dénoncé les impasses spirituelles dans lesquels on peut tomber ... Autant en faire profiter les chercheurs d’aujourd’hui qui manquent souvent de guides !

Bref, nous avons donc la mission d’accompagner nos contemporains sur les chemins escarpés de l’intériorité
en leur donnant des repères, des mots à mettre sur leur vécu et des clefs de discernement pour bien interpréter leur expérience spirituelle. Nous avons des trésors dans nos bibliothèques : il faut les rendre accessibles sur le continent numérique où vivent tant de gens !

Pour être fidèles à ces éléments, nous avons choisi un certain style de retraites en ligne. Une pédagogie spirituelle globale avec un saint du Carmel pour vivre un chemin incarné à la suite de Jésus. La retraite en ligne est préparée avec la même exigence qu’une retraite off-line. Un style qui cherche à allier beauté et sobriété. Nous ne voulons pas tomber dans la fascination des images mais inviter à la déconnexion régulière pour rencontrer le Christ, Image de Dieu. 

Un rythme hebdomadaire : un envoi par mail par semaine afin de laisser de la souplesse et de la liberté, mais aussi pour toucher le plus grand nombre (personnes âgées, connexion difficile, monastères, etc.). En plus d’un commentaire de la Parole de Dieu, le choix de transmettre des textes carmélitains commentés pour éduquer à l’intériorité. Il y a tout un patrimoine chrétien à découvrir : nous voulons en donner le goût. Le lien avec la prière au quotidien : une phrase d’un saint du Carmel, un verset biblique et une image pour nourrir sa vie de prière. Il n’y a pas de retraite authentique sans temps de prière. Peu à peu, nous avons ajouté de nouveaux modules à destination principale des hyper actifs : le résumé audio de la semaine qui crée un lien plus chaleureux avec le prédicateur, la diffusion sur Facebook et Twitter des méditations quotidiennes et la version mobile depuis ce carême.
Nous proposons aussi de déposer des intentions de prière auprès d’un monastère de carmélites. Il y a encore beaucoup d’améliorations à envisager (interactivité, questions, cercles de rencontre, etc.) mais elles nécessiteront aussi plus de ressources humaines ... ou de jouer la complémentarité ?

Quelles complémentarités je tisse avec les autres ?
La complémentarité a d’abord été vécue à l’intérieur de la famille carmélitaine au moment de la création du site du Carmel en France. En même temps, la tentation est grande que chacun se replie sur sa communauté, comme ce fut le cas pour les années suivantes. Pour la retraite en ligne, nous avons appris à travailler de nouveau en équipe : deux frères, deux laïcs et un monastère associé. Une manière de collaborer en respectant la place de chaque vocation. Cela donne des idées : nos frères Carmes d’Autriche se sont inspirés de notre modèle et nous proposent de développer avec eux une appli pour smartphone. Travailler ensemble car il y a un enjeu de crédibilité d’une famille spirituelle ici, mais aussi d’économie d’échelle : par exemple, de formation aux enjeux d’Internet pour des monastères à la lumière d’une Règle de vie (réflexion locale de chaque communauté + formation régionale ou nationale des Prieures de monastères). Pour la dimension ecclésiale, il s’agit de montrer que nous ne sommes pas des électrons libres mais des enfants de l’Eglise, point important de la spiritualité du Carmel. Concrètement des flux RSS existent sur notre site avec les sites de l’Eglise Catholique et Rencontrer Jésus.

La retraite en ligne donne l’occasion de renvoyer vers d’autres sites : celui de l’AELF (aelf.org) pour prier avec les textes liturgiques du jour, celui sur l’oraison (oraison.net) pour approfondir la prière, ... Chaque figure carmélitaine crée aussi ses affinités. Par exemple sur le Web, pour cette retraite de carême, nous renvoyons les retraitants à différents sites : le site du Carmel de Lisieux et de ses archives, une vidéo de KTO sur Thérèse, le site du Sanctuaire de Lisieux, ... Mais il y a certainement encore d’autres collaborations à inventer ! Nous sommes en chemin !
www.carmes-paris.org, www.carmel.asso.fr

Source : Aletei