Cor Orans : une nouvelle instruction pour les religieuses contemplatives

« Cor Orans » : c’est le titre d’une instruction sur la vie contemplative publiée le 15 mai par la Congrégation pour les Instituts de Vie consacrée et les Sociétés de Vie apostolique.


"Un cœur priant", Cor Orans. Ainsi s’intitule en latin l’instruction qui donne aux religieuses contemplatives des clés de lecture à la Constitution apostolique Vultum Dei quaerere ("rechercher le Visage de Dieu") sur la vie contemplative féminine, et parue le 22 juillet 2016.

En pleine adéquation avec l’identité et la mission des monastères contemplatifs féminins, qui ont toujours « occupé une place éminente dans le corps mystique du Christ », l’instruction clarifie les dispositions de la Constitution apostolique en quatre chapitres : le monastère autonome, la fédération des monastères, la séparation avec le monde, et la formation.

Des fédérations de monastères

L’autonomie juridique des monastères contemplatifs est réaffirmée, si au moins huit religieuses qui ont prononcé leurs vœux solennels le compose. Mais il est également rappelé aux monastères qu’ils doivent rejoindre une « fédération de monastères » pour favoriser « la collaboration » et pour « dépasser l’isolement ».

L’instruction prévoit comme critère d’appartenance à une fédération non plus seulement le critère géographique, mais « l’affinité de l’esprit et des traditions » dudit monastère.

Le président de la fédération de monastères n’est pas « un grand supérieur », mais fait figure de lien entre ses monastères et le Saint-Siège. Il est accompagné d’un trésorier et d’un conseiller.

L’entière séparation du monde

Le troisième chapitre traite d’un thème d’intérêt particulier pour les monastères de la vie contemplative aujourd’hui, celui de « la séparation du monde ». Il rappelle que « l’enceinte est une exigence commune pour tous les instituts et exprime l’aspect matériel de séparation du monde ».

« Le mode de séparation de l’extérieur doit être physique et efficace et pas seulement symbolique ou spirituelle ». Chaque monastère est invité à créer et vivre un champ de silence intérieur et extérieur, où prospèrent l’ascétisme et le progrès spirituel fervent.

Perpétuelle formation

Le quatrième et dernier chapitre concerne la « formation ». Nous réaffirmons l’importance absolue de la formation permanente, qui « doit être considérée comme prioritaire à la fois dans le projet de vie communautaire et dans le projet de vie de chaque religieuse » ; à cette fin, chaque communauté « est appelée à développer un programme de formation systématique et intégral qui embrasse l’existence de toute la personne ».

La gratuité et la fécondité, cœur de mission

La vie contemplative féminine doit demeurer « gardienne de gratuité et de riche fécondité apostolique », car elle a toujours été témoin visible d’une sainteté mystérieuse et multiforme, et elle enrichit l’Église du Christ de fruits de grâce et de miséricorde, précise le document.

Source : https://www.vaticannews.va

Document joint : texte en italien