« La vie religieuse en chemin de transformation » 

PARTAGER

« La vie religieuse en chemin de transformation » 

PARTAGER

Partager

« La vie religieuse en chemin de transformation » 

Ce lundi 20 novembre, des quatre coins de la France, près de 300 responsables religieux, d’instituts féminins et masculins, vont converger à Lourdes pour participer à l’Assemblée générale de la CORREF. L’ouverture officielle est prévue ce mardi 21 novembre avec le discours de sœur Véronique Margron, op, présidente. Pour situer l’enjeu de cette assemblée, nous vous proposons de lire l’introduction (extraits) du Rapport moral 2023 de la CORREF.

À l’heure de clore le rapport moral 2023 de la CORREF, je me souviens de notre assemblée générale de novembre 2021, ici même à Lourdes. Nous venions de vivre la déflagration du rapport de la CIASE avec son analyse méthodique de l’ensemble des facteurs concourant au caractère systémique des abus de tout type et des violences sexuelles. Nous avions entendu la convocation des victimes, qui du fond de leurs chagrins de l’âme autant que des douleurs du corps nous enjoignaient que ces crimes et ces malheurs ne puissent se reproduire et que nous reconnaissions toute notre part. Le 5 octobre, recevant le rapport, je me demandais à moi-même : « comment s’en remettre ? » Je n’ai toujours pas la réponse à cette question. Et c’est mieux ainsi. Sinon ce sera là un dossier comme un autre, une douleur certes, mais chassée par une autre ou par tout ce que nous avons à faire par ailleurs.  

Depuis, nombre d’enquêtes, dont les trois concernant les frères Philippe et Jean Vanier, des témoignages innombrables, le combat poursuivi par les associations de victimes, l’engagement plein de la CRR, n’ont fait que confirmer la véracité du rapport de la CIASE. Les conséquences traumatiques de ces méfaits, de leurs dissimulations et impunité, les mises au jour dont celle d’une théologie dévoyée, une spiritualité tortueuse et blasphématoire – mais si séductrice – une conception infantilisante, mais cachant bien son jeu de la vie religieuse, ont participé de ces crimes et de leurs dénis. 

C’est bien d’être redevables de ces crimes et de ces malheurs, d’hier et d’aujourd’hui, qui était, demeure et restera une obligation.  

Lourdes AG

Sans doute serait-il juste qu’ensemble et chacune, chacun, nous nous demandions si nous avons répondu à cette convocation : « responsables pour l’avenir »… 

Bien modestement, mais avec un engagement qui force le respect je crois, la CORREF et ses services ont fait leur part. Vous le verrez dans ce rapport. Il y a tout ce qui concerne la suite de cette assemblée générale de novembre 2021 jusqu’à celle d’avril dernier : CRR, fonds FREVAS, groupes de travail post-CIASE, etc. Il y a aussi dans cette « responsabilité pour l’avenir » les droits des religieuses et religieux, ou encore la situation de nombre d’instituts parmi nous, en fragilité voire en grande fragilité et qui demandent du soutien, de l’accompagnement respectueux autant qu’efficace. Mais aussi notre participation à la démarche synodale, aux impérieuses nécessités de l’écologie intégrale telle que comprise par le pape François, etc.  

Notre assemblée s’est donnée comme thème : « La vie religieuse en chemin de transformation ». Sans doute la transformation est-elle dans nos gènes, dans notre identité fondamentale, y compris pour les Ordres les plus anciens parmi nous. Car elle est le signe de la vie vivante du Dieu que nous confessons et désirons suivre. Un Dieu nous faisant vivre et donc nous transformant. 

Chaque génération est face à ce qu’écrivait Michel de Certeau : « Une tradition ne peut être que morte si elle reste intacte, si une invention ne la compromet en lui rendant la vie, si elle n’est pas changée par un acte qui la recrée. […] Tout ce qui injecte dans la tradition le poison d’un temps nouveau est aussi ce qui la sauve de l’inertie. »1 

Transformation avant tout intérieure si nous voulons que nos projets et autres chantiers ne soient pas que simples adaptions au temps présent et parfois même poudre aux yeux. 

Parler de transformation c’est dire que le cataclysme des abus et des violences sexuelles nous a transformés et nous assigne à le faire dans la durée. Mais nous enjoignent aussi à la juste transformation notre compréhension du temps de Dieu, la vie de notre Église, les mutations culturelles où nous nous vivons, l’écoute active de nos sœurs et frères, la vie ensemble.  

Notre assemblée s’ouvre quelques semaines après la fin de la première session du synode sur la synodalité. Puisse notre travail s’en inspirer, nous qui avons dans notre trésor à partager la force historique de la participation de toutes et tous, d’un marcher les uns avec les autres. Deux maîtres mots de cette assemblée synodale auront été la conversation et le discernement. Souhaitons-nous le même allant à l’écoute de la liberté de notre Dieu, des uns et des autres et du temps de l’histoire qui est le nôtre afin d’accomplir, autant qu’il est possible, ce qui est juste.  

Avec la force qui est en toi, va… 
Jg 6, 14 

Sœur Véronique Margron, op 
présidente  

Lire aussi le communiqué de presse et le programme de l’AG.

PARTAGER

à découvrir aussi

Fabrice Hadjadj est un écrivain et philosophe français converti au catholicisme, directeur de l’Institut Philanthropos, il a été membre du Conseil pontifical

Le prix d’une vie est un documentaire réalisé par Bernadette Sauvaget et Olivier Lamour et produit par Nathalie de Mareuil. Il raconte

Le chapitre provincial des Capucins de France qui s’est tenu du 5 au 9 février, a élu ce 7 février 2024 son

à découvrir aussi

Fabrice Hadjadj est un écrivain et philosophe français converti au catholicisme, directeur de l’Institut Philanthropos, il a été membre du Conseil pontifical

Le prix d’une vie est un documentaire réalisé par Bernadette Sauvaget et Olivier Lamour et produit par Nathalie de Mareuil. Il raconte