La vie
religieuse

Depuis l’origine du christianisme, 
des femmes et des hommes répondent encore à l’appel du Christ et décident de le suivre  

aujourd'hui

SIGNE D’ESPÉRANCE 

À la source de cette aventure inédite, il y a une expérience de rencontre personnelle du Christ qui invite ces femmes et ces hommes à risquer une vie donnée aux autres.
Consacrer sa vie est une aventure communautaire qui se vit avec des personnes devenant peu à peu des frères et des sœurs. Ensemble, ils cherchent comment traduire en gestes concrets les attitudes du Christ : prier, écouter, réconforter, soigner, former… 
Discrets ou médiatiques comme Mère Teresa ou Sœur Emmanuelle, les religieuses et religieux sont des personnes libres qui, après des années de formation et d’expérimentation, posent un choix décisif en s’engageant dans un institut. Par la prière, le célibat, le partage des biens, la coopération et la disponibilité pour la mission, ils vivent en proximité avec Dieu et l’humanité.

POUR LA VIE DU MONDE 

Les différentes formes d'engagement

« Laissant tout, ils Le suivirent » Saisis par le Christ qui devient le centre de leur vie, ils se consacrent totalement aux autres et déploient énergie et créativité pour inventer sans cesse de nouvelles formes de réponses aux besoins sociaux et spirituels de leur temps, par des engagements variés : éducation, solidarité, santé, économie, communication et médias… avec une attention particulière aux plus pauvres.
Le terme de « vie consacrée » désigne aujourd’hui toute personne qui s’engage au célibat à la suite du Christ et de l’Évangile. Les modes en sont multiples, recouvrant traditionnellement les formes de vie suivantes : la vie religieuse apostolique et monastique, les instituts séculiers, l’ordre des vierges consacrées et les ermites…

vocations

Une réponse particulière

« À l’origine de toute vocation à la vie consacrée, il y a toujours une expérience forte de Dieu, une expérience qui ne s’oublie pas, on s’en souvient toute sa vie ! Et cela, nous ne pouvons pas le calculer ni le programmer. Dieu nous surprend toujours ! C’est Dieu qui appelle… », proclamait le pape François, aux jeunes à Assise (4 octobre 2013).
La plupart du temps, c’est au contact d’une personne consacrée ou d’une communauté qu’une vocation religieuse s’éveille.

pourquoi pas moi ?

Pour celles et ceux qui se posent la question d’un appel de Dieu, le meilleur moyen de confronter désir et réalité est de tisser des liens avec la communauté de leur choix, celle qui les attire.
Aujourd’hui, le contact se fait aussi grâce au numérique. La plupart des instituts religieux ont un site internet, une des portes d’entrée pour créer la rencontre dans la vraie vie ! Une rencontre qui pourra aider à répondre à cette question : appelé·e oui, mais pour quoi ? De nombreux instituts proposent des rencontres pour les jeunes, des journées portes ouvertes, des week-ends de discernement…

lorem ipsum

la vie religieuse en periphérie

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo.

news

Pour aller plus loin

Véronique Margron

Chers amis, il est des jours de lassitude. Je ne sais si au milieu des grèves et des incertitudes sociales, vous avez eu

Saint Jean

Mardi 10 janvier, les Frères de Saint-Jean, réunis en chapitre à Notre Dame du Chêne (diocèse du Mans), ont élu frère Henri-Dominique

La Xavière

Un performance de professionnels ! Un bon moyen de mettre en évidence et en valeur la vocation de Xavière ! Le seul

La vie religieuse
de france

Depuis l’origine du christianisme, des femmes et des hommes répondent encore à l’appel du Christ et décident de le suivre  

AUJOURD'HUI

SIGNE D’ESPÉRANCE

À la source de cette aventure inédite, il y a une expérience de rencontre personnelle du Christ qui invite ces femmes et ces hommes à risquer une vie donnée aux autres.
Consacrer sa vie est une aventure communautaire qui se vit avec des personnes devenant peu à peu des frères et des sœurs. Ensemble, ils cherchent comment traduire en gestes concrets les attitudes du Christ : prier, écouter, réconforter, soigner, former…
Discrets ou médiatiques comme Mère Teresa ou Sœur Emmanuelle, les religieuses et religieux sont des personnes libres qui, après des années de formation et d’expérimentation, posent un choix décisif en s’engageant dans un institut. Par la prière, le célibat, le partage des biens, la coopération et la disponibilité pour la mission, ils vivent en proximité avec Dieu et l’humanité.

POUR LA VIE DU MONDE 

Les différentes formes d'engagement

« Laissant tout, ils Le suivirent » Saisis par le Christ qui devient le centre de leur vie, ils se consacrent totalement aux autres et déploient énergie et créativité pour inventer sans cesse de nouvelles formes de réponses aux besoins sociaux et spirituels de leur temps, par des engagements variés : éducation, solidarité, santé, économie, communication et médias… avec une attention particulière aux plus pauvres.
Le terme de « vie consacrée » désigne aujourd’hui toute personne qui s’engage au célibat à la suite du Christ et de l’Évangile. Les modes en sont multiples, recouvrant traditionnellement les formes de vie suivantes : la vie religieuse apostolique et monastique, les instituts séculiers, l’ordre des vierges consacrées et les ermites…

vocations

Une réponse particulière

« À l’origine de toute vocation à la vie consacrée, il y a toujours une expérience forte de Dieu, une expérience qui ne s’oublie pas, on s’en souvient toute sa vie ! Et cela, nous ne pouvons pas le calculer ni le programmer. Dieu nous surprend toujours ! C’est Dieu qui appelle… », proclamait le pape François, aux jeunes à Assise (4 octobre 2013).
La plupart du temps, c’est au contact d’une personne consacrée ou d’une communauté qu’une vocation religieuse s’éveille.

Pourquoi pas moi ?

Pour celles et ceux qui se posent la question d’un appel de Dieu, le meilleur moyen de confronter désir et réalité est de tisser des liens avec la communauté de leur choix, celle qui les attire.
Aujourd’hui, le contact se fait aussi grâce au numérique. La plupart des instituts religieux ont un site internet, une des portes d’entrée pour créer la rencontre dans la vraie vie ! Une rencontre qui pourra aider à répondre à cette question : appelé·e oui, mais pour quoi ? De nombreux instituts proposent des rencontres pour les jeunes, des journées portes ouvertes, des week-ends de discernement…

News

Pour aller plus loin

Rechercher

Nous contacter

Se connecter

La vie
religieuse

Depuis l’origine du christianisme, 
des femmes et des hommes répondent encore à l’appel du Christ et décident de le suivre  

aujourd'hui

SIGNE D’ESPÉRANCE 

À la source de cette aventure inédite, il y a une expérience de rencontre personnelle du Christ qui invite ces femmes et ces hommes à risquer une vie donnée aux autres.
Consacrer sa vie est une aventure communautaire qui se vit avec des personnes devenant peu à peu des frères et des sœurs. Ensemble, ils cherchent comment traduire en gestes concrets les attitudes du Christ : prier, écouter, réconforter, soigner, former… 
Discrets ou médiatiques comme Mère Teresa ou Sœur Emmanuelle, les religieuses et religieux sont des personnes libres qui, après des années de formation et d’expérimentation, posent un choix décisif en s’engageant dans un institut. Par la prière, le célibat, le partage des biens, la coopération et la disponibilité pour la mission, ils vivent en proximité avec Dieu et l’humanité.

POUR LA VIE DU MONDE 

Les différentes formes d'engagement

« Laissant tout, ils Le suivirent » Saisis par le Christ qui devient le centre de leur vie, ils se consacrent totalement aux autres et déploient énergie et créativité pour inventer sans cesse de nouvelles formes de réponses aux besoins sociaux et spirituels de leur temps, par des engagements variés : éducation, solidarité, santé, économie, communication et médias… avec une attention particulière aux plus pauvres.
Le terme de « vie consacrée » désigne aujourd’hui toute personne qui s’engage au célibat à la suite du Christ et de l’Évangile. Les modes en sont multiples, recouvrant traditionnellement les formes de vie suivantes : la vie religieuse apostolique et monastique, les instituts séculiers, l’ordre des vierges consacrées et les ermites…

vocations

Une réponse particulière

« À l’origine de toute vocation à la vie consacrée, il y a toujours une expérience forte de Dieu, une expérience qui ne s’oublie pas, on s’en souvient toute sa vie ! Et cela, nous ne pouvons pas le calculer ni le programmer. Dieu nous surprend toujours ! C’est Dieu qui appelle… », proclamait le pape François, aux jeunes à Assise (4 octobre 2013).
La plupart du temps, c’est au contact d’une personne consacrée ou d’une communauté qu’une vocation religieuse s’éveille.

pourquoi pas moi ?

Pour celles et ceux qui se posent la question d’un appel de Dieu, le meilleur moyen de confronter désir et réalité est de tisser des liens avec la communauté de leur choix, celle qui les attire.
Aujourd’hui, le contact se fait aussi grâce au numérique. La plupart des instituts religieux ont un site internet, une des portes d’entrée pour créer la rencontre dans la vraie vie ! Une rencontre qui pourra aider à répondre à cette question : appelé·e oui, mais pour quoi ? De nombreux instituts proposent des rencontres pour les jeunes, des journées portes ouvertes, des week-ends de discernement…

news

Pour aller plus loin

Véronique Margron

Chers amis, il est des jours de lassitude. Je ne sais si au milieu des grèves et des incertitudes sociales, vous avez eu

Saint Jean

Mardi 10 janvier, les Frères de Saint-Jean, réunis en chapitre à Notre Dame du Chêne (diocèse du Mans), ont élu frère Henri-Dominique

La Xavière

Un performance de professionnels ! Un bon moyen de mettre en évidence et en valeur la vocation de Xavière ! Le seul

mission

L’histoire des missions chrétiennes n’a accordé qu’une place secondaire au rôle joué par les femmes, alors qu’elles sont majoritaires dans la mission