Xavier de Verchere

Xavier de Verchère « L’espérance face aux bouleversements du monde »

PARTAGER

Partager

Xavier de Verchere

Xavier de Verchère « L’espérance face aux bouleversements du monde »

Chaque mercredi matin, RCF diffuse sur ses ondes nationales la chronique des Salésiens. Cette semaine, le père Xavier de Verchère, salésien de Don Bosco, prêtre, aumônier général des Scouts et Guides de France, propose : «L’espérance face aux bouleversements du monde »

J’aimerai aborder cette première chronique de rentrée avec un regard de confiance et d’espérance. Même si je suis bien conscient que ça chauffe un peu partout sur la planète ! Réchauffement climatique avec les feux de forêts en France ; mais aussi crises géopolitiques avec le conflit russo-ukrainien et les tensions en Asie, et crise économique avec le prix de l’énergie à la hausse. Alors prenons garde en cette rentrée de ne pas sombrer dans la morosité !
Si « le bruit ne fait pas de bien, le bien ne fait pas de bruit non plus ! » disait avec humour St François de Sales. Alors ouvrons les yeux et regardons autour de nous l’engagement de tant d’hommes et de femmes au service du bien commun. Ces engagements sont innombrables et font du bien. J’ai pu m’en rendre compte cet été lors de mon séjour en Centrafrique. Malgré l’instabilité actuelle du pays, dans la capitale Bangui et ses environs, des jeunes – scouts et guides, chrétiens et musulmans – s’impliquent dans le projet « Bâtir la paix en Centrafrique » et ce avec le soutien des Scouts et Guides de France. Après 4 années de travail, ils viennent d’inaugurer le centre Fontana en présence d’une centaine de jeunes. Cet espace situé à 10 km de la capitale est un véritable « village de la paix ». Il leur sert de base pour leurs formations, leurs activités et leur programme de sensibilisations à la paix entre les différentes communautés. L’autre jour, en remettant le foulard de la paix à une cheftaine musulmane, près de sa mosquée en reconstruction, elle confiait : « Avec ce foulard, j’ai plus de force en moi… je veux continuer à porter la paix. – Mais comment fais-tu ? je lui demandais-je – Chez moi, je conseille mes petites sœurs, je les encourage à aller à l’école, et j’ai amené mes amies du PK 5 à devenir guide ! Je suis fier ! » me dit-elle avec un large sourire. Et quand on sait combien le quartier musulman du PK5 connu bien des souffrances à Bangui, on ne peut qu’être admiratif de cette jeunesse en RCA.

Alors Xavier, quelle leçon tirer de cette rencontre avec la jeunesse centrafricaine ?
En relisant mon séjour, je dirais : ayons confiance en la jeunesse et exprimons-le ! Si les jeunes de Centrafrique sont capables, avec audace et aussi peu de moyens, de créer des dynamiques vertueuses, c’est sûrement vrai sur d’autres continents. Les jeunes portent des capacités dont nous devons à être les révélateurs. Soyons des révélateurs de talents ! Aidons nos enfants à aborder cette rentrée avec enthousiasme, soutenons leurs petits engagements au service des autres, pour notre environnement, pour le bien de notre pays, malgré des difficultés qui peuvent arriver et dont tant d’adultes se font échos. Pour cela, ils ont besoin d’être écoutés, ils ont besoin de notre confiance et nos conseils pour trouver des sources d’espérance. Le catastrophisme n’est pas à la hauteur de notre jeunesse ! Surtout après cette période compliquée du Covid.

Mais comment transmettre une espérance quand les difficultés apparaissent ?
Je ne sais pas s’il faut la transmettre. En tout cas, il faut les aider à la recevoir ! Car pour un chrétien, l’espérance est don de Dieu. La foi permet de croire que Dieu est avec nous même dans nos difficultés. Don Bosco disait : « Mettons notre confiance en Dieu et allons de l’avant. » L’espérance vient après. Elle est l’énergie nécessaire pour arpenter le chemin. C’est un peu la barre vitaminée du coureur qui veut poursuivre sa course en montagne ! Dieu nous offre l’espérance dont nous avons besoin : la prière, les sacrements et même les témoins qu’il met sur notre route sont les moyens de la recevoir. Et je crois vraiment que les rencontres peuvent susciter l’espérance dans une vie. Alors pour cette rentrée, aidons nos jeunes à trouver cette source vive qu’est le Dieu de l’Espérance. Ils deviendront les témoins dont notre monde a tant besoin.

En savoir plus sur l’actualité des Salésiens : https://www.don-bosco.net/

PARTAGER

à découvrir aussi

semaines sociales

La 96e Rencontre des Semaines sociales de France aura lieu le week-end du 28 au 30 octobre 2022 sur le thème «

eudistes

Aymeric a 34 ans; il a été ordonné prêtre le 18 septembre dernier à l’église Saint-Jean-Baptiste de Beauvais, pour la Congrégation de

Véronique Margron

Chers amis, Se risquer. Écouter. Être vrillée au-dedans, entamée. Ne pas chercher à se protéger mais être dépouillée par ces récits pleins de